Karl Antier

Nov 142017
 

Un gros bolide a été observé dans la soirée du 14 novembre, vers 16 h 48 min TU (soit aux environs de 17 h 48 min, heure locale française), depuis l’Est de la France, l’Allemagne, l’Italie et la Suisse. Nous avons déjà reçu plus de 2 000 rapports concernant cet objet : un record inégalé en terme de nombre de rapports envoyés à l’International Meteor Organization (IMO, imo.net) !

L’objet a été observé en fin d’après-midi, alors qu’il faisait encore clair, et les caméras de surveillance automatiques n’étaient pas forcément toute opérationnelles à ce moment-là. C’est pourquoi, concernant ce météore, les OBSERVATIONS VISUELLES VONT ÊTRE D’UNE TRÈS GRANDE IMPORTANCE ! Si jamais vous l’avez observé, n’hésitez pas à nous remplir un formulaire d’observation : c’est rapide, ludique, ça ne demande pas de compétences particulières en sciences ou en astronomie. Et dans ce cas précis, ce sera peut-être le seul moyen que nous aurons pour déterminer la trajectoire atmosphérique du météoroïde ayant donné naissance à ce météore très brillant.

A noter également qu’un deuxième bolide a été également observé et filmé quelques heures plus tard, à 21 h 32 min TU, depuis la moitié Ouest de la France (91 rapports d’observation). Ces deux objets sont bien distincts ! Enfin, cette même nuit, deux autres bolides étaient bien observés depuis les États-Unis (Arizona (153 rapports) et Ohio (59 rapports)). L’article de l’IMO à ce sujet 7résume très bien la situation ! Une soirée très très riche en événements météoriques !

Carte de localisation des témoins du bolide du 14 novembre 2017, ~16 h 48 min TU. Crédit : IMO/AMS

Le bolide a également été enregistré par des caméras embarquées ou de surveillance.

Depuis Saint-Vincent-de-Mercuze (France, 38)
Depuis Schwarzenberg, dans les Erzgebirge (Allemagne)
Depuis Mochau (Allemagne)
Une superbe image a également été prise par Ollie Taylor depuis Cernadoi, en Italie… Sans commentaires !

Le bolide du 14 novembre 2017, 16h 58min TU, photographié par Ollie Taylor. Crédit : Ollie Taylor

Le bolide du 14 novembre 2017, 16h 58min TU, photographié par Ollie Taylor. Crédit : Ollie Taylor

La trajectoire du bolide calculée à partir des observations visuelles (issues des très nombreux rapports d’observation) semble indiquer que le météoroïde à l’origine du bolide avait une trajectoire grossièrement Est-Ouest (azimut d’environ 280°), et qu’il est passé au-dessus de l’Ouest de l’Allemagne. Il serait devenu lumineux à la verticale du village de Partenstein (Basse-Franconie), pour passer légèrement au Nord de Francfort, et disparaître à la verticale d’un point localisé une dizaine de kilomètres au Sud de Coblence (Rhénanie-Palatinat), après avoir parcouru plus de 140 km, en une douzaine de secondes.

La trajectoire du bolide du 14 novembre, 16 h 48 min TU, déduite des observations visuelles. Crédit : IMO/AMS

La trajectoire du bolide du 14 novembre, 16 h 48 min TU, déduite des observations visuelles. Crédit : IMO/AMS

Des informations sur ce bolide ont également largement été relayées par les médias, notamment :

Dernière mise à jour : 19/11/2017, 21 h 45 min

Nov 012017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 01/11, 00 h 10 min TU (SPO, mag. -5), filmé depuis l’Allier (03) – 1 vidéo BOAM.
Le bolide du 1er novembre 2017, 00 h 10 min TU, filmé depuis l'Allier (03) par la station vidéo OAK1 de Tioga Gulon. Crédits: Tioga Gulon, BOAM.

Le bolide du 1er novembre 2017, 00 h 10 min TU, filmé depuis l’Allier (03) par la station vidéo OAK1 de Tioga Gulon. Crédits: Tioga Gulon, BOAM.

  • 01/11, 05 h 01 min TU (SPO, mag. -4), filmé depuis le Calvados (14) – 1 vidéo BOAM.
  • 01/11, ~ 05 h 20 min TU, observé depuis le Nord (59) – 1 rapport IMO.
  • 01/11, ~ 17 h 00 min TU, observé depuis les Yvelines (78) – 1 rapport IMO.
  • 01/11, ~ 18 h 02 min TU, observé depuis le Pas-de-Calais (62), les Yvelines (78) et la Somme (80) – 5 rapports IMO.
  • 03/11, ~ 04 h 09 min TU, observé depuis les Landes (40) – 1 rapport IMO.
  • 03/11, ~ 17 h 35 min TU, observé depuis la Charente-Maritime (17) et la Gironde (33) – 4 rapports IMO.
  • 03/11, ~ 20 h 11 min TU, observé depuis le Bas-Rhin (67), le Haut-Rhin (68), l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et l’Italie – 18 rapports IMO.
  • 04/11, ~ 21 h 00 min TU, observé depuis le Morbihan (56) – 1 rapport IMO.
  • 05/11, ~ 17 h 53 min TU, observé depuis le Finistère (29), Paris (75), l’Essonne (91) et la Grande-Bretagne – 7 rapports IMO.
  • 05/11, ~ 21 h 07 min TU, observé depuis le Loiret (45), les Pays-Bas et l’Allemagne – 5 rapport IMO.
  • 06/11, ~ 04 h 43 min TU, observé depuis l’Eure-et-Loir (28), le Pas-de-Calais (62) et la Grande-Bretagne – 3 rapports IMO.
  • 06/11, ~ 17 h 26 min TU, observé depuis la Charente-Maritime (17), l’Eure-et-Loir (28), la Gironde (33), le Loiret (45), la Sarthe (72) et la Haute-Vienne (87) – 8 rapports IMO.
  • 06/11, 17 h 40 min TU (AND, mag. -4), filmé depuis l’Indre-et-Loire (37) – 1 vidéo BOAM.
Le bolide du 6 novembre 2017, 17h 40min TU, capturé avec la station CHI37 d'AstroChinon (Indre-et-Loire). Crédit : BOAM, AstroChinon

Le bolide du 6 novembre 2017, 17h 40min TU, capturé avec la station CHI37 d’AstroChinon (Indre-et-Loire). Crédit : BOAM, AstroChinon

  • 06/11, ~ 20 h 56 min TU, observé depuis le Nord (59), la Norvège, le Danemark, la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas – 24 rapport IMO.
  • 08/11, ~ 17 h 52 min TU, observé depuis les Pyrénées-Atlantique (64) – 1 rapport IMO.
  • 09/11, ~ 23 h 15 min TU, observé depuis la Corse (20). 1 rapport IMO.
  • 10/11, ~ 18 h 00 min TU, observé depuis la Seine-Saint-Denis (93), la Belgique et les Pays-Bas – 4 rapports IMO.
  • 12/11, ~ 00 h 02 min TU, observé depuis le Gard (30) – 2 rapports IMO.
  • 12/11, ~ 19 h 33 min TU, observé depuis la Gironde (33), l’Ille-et-Vilaine (35), la Loire-Atlantique (44), le Maine-et-Loire (49), la Manche (50), le Morbihan (56) et la Vendée (85) – 9 rapports IMO.
  • 14/11, ~ 04 h 50 min TU, observé depuis le Finistère (29).
  • 14/11, ~16 h 48 min TU, observé depuis l’Ain (01), la Côte-d’Or (21), le Doubs (25), le Jura (39), la Loire (42), le Bas-Rhin (67), le Haut-Rhin (68), le Rhône (69), la Saône-et-Loire (71), la Haute-Savoie (74), le territoire de Belfort (90), la Suisse et l’Allemagne. Plus de 2017 rapports IMO. Voir article.
  • 14/11, ~ 18 h 56 min TU. 1 rapport IMO.
  • 14/11, ~ 19 h 04 min TU. 1 rapport IMO.
  • 14/11, ~ 20 h 13 min TU. 1 rapport IMO.
  • 14/11, ~ 20 h 47 min TU. 1 rapport IMO.
  • 14/11, 21 h 32 min TU, observé depuis l’Ouest de la France, et filmé depuis la Charente-Maritime (17). 91 rapports IMO.
  • 14/11, ~ 22 h 03 min TU. 1 rapport IMO.
  • 15/11, ~ 01 h 15 min TU. 1 rapport IMO.
  • 15/11, ~ 18 h 06 min TU. 1 rapport IMO.
  • 15/11, ~ 19 h 11 min TU. 1 rapport IMO.
  • 15/11, ~ 20 h 53 min TU, observé depuis le Cantal (15), la Haute-Garonne (31) et le Gers (32). 3 rapports IMO.
  • 15/11, ~ 22 h 45 min TU, observé depuis l’Ain (01), l’Aisne (02), le Jura (39), le Maine-et-Loire (49), la Marne (51), la Meurthe-et-Moselle (54), les Vosges (88), le Luxembourg et l’Allemagne. 13 rapports IMO.
  • 16/11, ~ 00 h 45 min TU, observé depuis la Gironde (33). 1 rapport IMO.
  • 16/11, ~ 02 h 19 min TU, observé depuis les Vosges (88). 1 rapport IMO.
  • 16/11, ~ 05 h 25 min TU, observé depuis le Doubs (25), les Vosges (88) et le Luxembourg. 3 rapports IMO.
  • 17/11, ~ 00 h 15 min TU, observé depuis les Hautes-Alpes (05). 1 rapport IMO.
  • 17/11, ~ 19 h 50 min TU, observé depuis la Somme (80). 1 rapport IMO.
  • 19/11, ~ 20 h 08 min TU, observé depuis le Gard (30), le Bas-Rhin (67), la Savoie (73), la Seine-et-Marne (77) et la Vendée (85) et les Hauts-de-Seine (92). 8 rapports IMO.

Dernière mise à jour : 19/11/2017, 22 h 02 min

Oct 302017
 

Un bolide a été observé dans la soirée du 30 octobre, à 18h 41min TU (soit 19h 41min, heure locale française), depuis un large quart Sud-Est de la France, la Suisse et l’Italie. Nous sommes actuellement en train de recevoir des rapports d’observation (très exactement 160), dont un d’Alexandre Astier…

Le bolide a également été détecté par 8 stations vidéo du réseau FRIPON (depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Alpes-Maritimes (06), l’Aude (11), les Bouches-du-Rhône (13), le Var (83) et le Piémont italien).

Le bolide du 30 octobre 2017, 18h 41min TU, capturé par 8 stations vidéos du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

Le bolide du 30 octobre 2017, 18h 41min TU, capturé par 8 stations vidéos du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

Une première analyse automatique des tous premiers rapports d’observation semblent indiquer que le bolide a survolé les départements des Hautes-Alpes (05), de la Drôme (26) et le Vaucluse (84) avec une trajectoire grossièrement Nord-Est –> Sud-Ouest. Il aurait commencé à être visible 40 km au Nord de Gap, et 30 km à l’Est de Briançon, pour suivre une trajectoire qui l’a amené plus de 150 km plus au Sud-Ouest (azimut d’environ 230°), puisqu’il aurait disparu quelques kilomètres au Nord d’Avignon.

Carte de localisation des témoins du bolide du 30 octobre 2017, 18h 41min TU. Crédit : IMO/AMS

Trajectoire atmosphérique du météoroïde ayant donné naissance au bolide du 30 octobre 2017, 18h 41min TU, automatiquement calculée à partir des observations visuelles envoyées à l'IMO. Crédit : IMO/AMS

Trajectoire atmosphérique du météoroïde ayant donné naissance au bolide du 30 octobre 2017, 18h 41min TU, automatiquement calculée à partir des observations visuelles envoyées à l’IMO. Crédit : IMO/AMS

Si vous avez observé ce bolide, n’hésitez pas à témoigner dès maintenant ! C’est rapide, ludique, et ne demande aucune connaissance particulière en science et en astronomie : http://reforme.imo.net/

Autres liens à ce sujet :

Dernière mise à jour : 11/11/2017, 16h 55min

Oct 202017
 

La nuit prochaine, levez-vous un peu plus tôt que prévu, et levez vos yeux vers le ciel. Attendez quelques minutes ? Vous l’avez vue ? Non ? Alors attendez un peu : avec 15 à 20 étoiles filantes par heure, vous devriez rapidement observer une Orionide, c’est-à-dire une étoile filante associée à la célèbre comète de Halley !

Le noyau de la comète de Halley, d’où sont libérées les météoroïdes qui vont donner naissance aux Orionides et aux êta-Aquarides (en mai). Credit: Halley Multicolor Camera Team, Giotto Project, ESA

 

La comète 1P/Halley, lors de son dernier passage, en 1986, photographié depuis l’île de Pâques par W. Liller, le 8 mars 1986. La queue bleue est composée de gaz ionisés, la queue plus blanche est constituée de particules rocheuses qui peuvent donner naissance à des météores si la Terre est amenée à les rencontrer. Credit : W. Liller

La comète de Halley est une grosse patate de cailloux et de glaces, qui revient à proximité de la Terre et du Soleil tous les 76 ans environ. Et à chacun de ses passages, la glace à la surface du noyau cométaire se sublime (elle passe directement de l’état solide à l’état gazeux), entrainant avec elle des petites particules rocheuses qui vont se promener dans l’espace interplanétaire… Or, deux fois par an, notre planète traverse le nuage de poussières libérées du noyau de cette célèbre comète, donnant naissance à deux pluies météoriques distinctes : les êta-Aquarides en mai (plus facilement observables depuis l’hémisphère Sud) et les Orionides (en octobre).

Les Orionides en 2006, photographiées par Tunc Tezel, qui mettent en évidence le phénomène de radiant. Credit & Copyright: Tunc Tezel

C’est cette dernière dont le maximum d’activité devrait avoir lieu lors des prochaines nuits (du 20 au 21 et du 21 au 22 octobre) : en fin de nuit, 15 à 20 Orionides devraient ainsi être observables par heure ! Ces étoiles filantes (synonyme de météores), par un effet de perspective (le même qui donne l’impression que des flocons de neige/gouttes d’eau semblent venir d’un même point lorsqu’on roule rapidement dessous en voiture), semblent provenir d’une même zone de la voûte céleste, dans la constellation d’Orion, d’où leur nom. Orion étant mieux placée en fin de nuit, il vaut donc mieux observer les Orionides dans les heures avant le lever du Soleil.

La position du radiant des Orionides et les constellations environnantes. Credit : Stellarium

Les Orionides peuvent apparaître n’importe où dans le ciel, mais vous optimiserez vos observations en dirigeant votre regard vers à l’Est des étoiles Castor et Pollux dans les Gémeaux, ou dans la direction de la constellation du Bélier, et en restant le plus concentré possible sur le ciel. Les Orionides sont des étoiles filantes très rapides (les poussières rentrent dans l’atmosphère à une vitesse de 66km/s) : vous devriez alors observer ces météores rapides, avec une fréquence d’un météore toutes les 3-4 minutes !

Oct 052017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 04/10, ~03h 30m TU, observé depuis le Val-de-Marne (94).
  • 04/10, ~23h 00m TU, observé depuis l’Aisne (02). 1 rapport IMO.
  • 05/10, ~02h 30m TU, observé depuis la Gironde (33). 1 rapport IMO.
  • 05/10, 03h 36m TU, observé depuis l’Ain (01), l’Allier (03), l’Eure (27), l’Ille-et-Vilaine (35), la Loire-Atlantique (44), le Maine-et-Loire (49), la Vendée (85), la Seine-Saint-Denis (93) et filmé depuis la Charente-Maritime (17) et l’Indre-et-Loire (37). 9 rapports IMO.
Le bolide du 5 octobre 2017, 03h 36min TU, filmé depuis l'Allier (03) par la station vidéo OAK1 de Tioga Gulon. Crédits: Tioga Gulon, BOAM.

Le bolide du 5 octobre 2017, 03h 36min TU, filmé depuis l’Indre-et-Loire (37) par la station vidéo de l’association AstroChinon. Crédits: BOAM, AstroChinon.

  • 05/10, ~21h 45m TU, observé depuis les Hautes-Alpes (05). 1 rapport IMO.
  • 06/10, ~22h 11m TU, observé depuis l’Hérault (34), le Rhône (69) et le Vaucluse (84). 4 rapports IMO.
  • 07/10, ~21h 01m TU, observé depuis les Hautes-Pyrénées (65) et la Vienne (86). 2 rapports IMO.
  • 07/10, ~21h 57m TU, observé depuis le Rhône (69), la Savoie (73) et l’Espagne. 1 rapport IMO.
  • 07/10, 22h 18m TU, observé depuis l’Ain (01), l’Allier (03), les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Bouches-du-Rhône (13), la Dordogne (24), la Drôme (26), la Haute-Garonne (31), la Gironde (33), l’Hérault (34), la Loire (42), le Lot-et-Garonne (47), les Hautes-Pyrénées (65), la Haute-Savoie (74), le Var (83), le Vaucluse (84), et filmé par 11 caméras FRIPON. 19 rapports IMO.
  • 08/10, ~00h 26m TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13) et les Pyrénées-Atlantiques (64). 3 rapports IMO.
  • 10/10, ~20h 14m TU, observé depuis l’Indre-et-Loire (37). 1 rapport IMO.
  • 10/10, 22h 37m TU, filmé par 7 caméras FRIPON.
  • 11/10, ~19h 31m TU, observé depuis l’Allier (03). 1 rapport IMO.
  • 13/10, ~00h 25m TU, observé depuis le Haut-Rhin (68). 1 rapport IMO.
  • 14/10, ~21h 19m TU, observé depuis le Pas-de-Calais (62). 1 rapport IMO.
  • 14/10, ~21h 45m TU, observé depuis le Tarn-et-Garonne (82). 1 rapport IMO.
  • 14/10, ~23h 44m TU, observé depuis l’Ardèche (07). 1 rapport IMO.
  • 15/10, ~00h 07m TU, observé depuis le Var (83). 1 rapport IMO.
  • 15/10, ~00h 50m TU, observé depuis la Loire (42). 1 rapport IMO.
  • 16/10, ~01h 10m TU, observé depuis le Paris (75). 1 rapport IMO.
  • 17/10, ~05h 15m TU, observé depuis le Tarn (81). 1 rapport IMO.
  • 17/10, ~19h 46m TU, observé depuis le Bas-Rhin (67). 1 rapport IMO.
  • 18/10, ~00h 14m TU, observé depuis l’Indre (36) et le Luxembourg. 2 rapports IMO.
  • 20/10, ~21h 03m TU, observé depuis la Charente (16) et la Charente-Maritime (17). 2 rapports IMO.
  • 21/10, ~00h 05m TU, observé depuis le Puy-de-Dôme (63). 1 rapport IMO.
  • 22/10, 02h 06m TU, filmé depuis la Charente (16), la Charente-Maritime (17) et la Haute-Vienne (87).
  • 22/10, 22h 49m TU, filmé depuis le Sud-Est de la France par 11 caméras FRIPON.
  • 23/10, ~19h 00m TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13). 1 rapport IMO.
  • 24/10, ~01h 30m TU, observé depuis Saint-Pierre-et-Miquelon (975). 1 rapport IMO.
  • 24/10, ~05h 20m TU, observé depuis la Corrèze (19). 1 rapport IMO.
  • 24/10, 18h 20m TU, filmé depuis les Vosges (88).
  • 24/10, ~19h 35m TU, observé depuis l’Ain (01), le Doubs (25), l’Isère (38), le Rhône (69) et la Savoie (73). 9 rapports IMO.
  • 25/10, ~19h 24m TU, observé depuis l’Isère (38), les Yvelines (78) et le Luxembourg. 3 rapports IMO.
  • 25/10, ~20h 11m TU, observé depuis l’Ain (01), le Cher (18), la Savoie (73) et le Haut-Rhin (68). 4 rapports IMO.
  • 26/10, ~18h 30m TU, observé depuis le Lot (46). 1 rapport IMO.
  • 27/10, ~03h 12m TU, observé depuis la Haute-Savoie (74), les Pays-Bas et filmé depuis la Haute-Savoie (74). 2 rapports IMO.
  • 27/10, ~17h 51m TU, observé depuis la Seine-Maritime (76) et la Grande-Bretagne. 7 rapports IMO.
  • 28/10, ~03h 45m TU, observé depuis l’Ille-et-Vilaine (35). 1 rapport IMO.
  • 30/10, 18h 41m TU, observé depuis l’Ain (01), les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Alpes-Maritimes (06), l’Aude (11), l’Aveyron (12), les Bouches-du-Rhône (13), la Charente (16), le Cher (18), la Côte-d’Or (21), le Doubs (25), la Drôme (26), le Gard (30), la Haute-Garonne (31), l’Hérault (34), l’Indre-et-Loire (37), l’Isère (38), le Jura (39), le Loire (42), la Haute-Loire (43), la Nièvre (58), le Puy-de-Dôme (63), les Pyrénées-Orientales (66), le Haut-Rhin (68), le Rhône (69), la Saône-et-Loire (71), la Savoie (73), la Haute-Savoie (74), le Tarn (81), le Var (83), le Vaucluse (84), la Vendée (85), la Suisse, l’Italie et filmé par 8 caméras du réseau FRIPON. 160 rapports IMO.
Le bolide du 30 octobre 2017, 18h 41min TU, capturé avec la station FRIPON de Marseille. Crédit : FRIPON

Le bolide du 30 octobre 2017, 18h 41min TU, capturé avec la station FRIPON de Marseille. Crédit : FRIPON

  • 30/10, ~19h 37m TU, observé depuis la Marne (51), la Meurthe-et-Moselle (54), la Meuse (55), l’Oise (60), le Pas-de-Calais (62), la Seine-Maritime (76), la Somme (80), les Hauts-de-Seine (92), l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique et les Pays-Bas. 19 rapports IMO.
  • 30/10, ~20h 50m TU, observé depuis l’Hérault (34). 1 rapport IMO.
  • 31/10, ~06h 13m TU, observé depuis les Côtes-d’Armor (22), la Manche (50), le Nord (59) et la Grande-Bretagne. 14 rapports IMO.
  • 31/10, ~21h 34m TU, observé depuis l’Ain (01), le Doubs (25), le Var (83) et le Vaucluse (84). 5 rapports IMO.

Dernière mise à jour : 11/11/2017, 16h 54min

Sep 212017
 

Un impressionnant bolide a été observé dans la soirée du 21 septembre depuis un large quart Nord-Est de la France, ainsi que depuis (au moins) la Belgique et les Pays-Bas. Plus de 440 rapports en provenance de France, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de Belgique, d’Allemagne et du Luxembourg ont été reçus, et continuent d’affluer ! Les caméras FRIPON de Noordwijk (Pays-Bas), Bruxelles (Belgique), Arras (62), Lille (59) et Maubeuges (59) l’ont également détecté.

Carte des témoins du bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU ayant envoyé un rapport d'observation à l'IMO, ainsi que trajectoire automatique claculées à partir de ces témoignages visuels. Crédit : IMO

Carte des témoins du bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU ayant envoyé un rapport d’observation à l’IMO, ainsi que trajectoire automatique calculées à partir de ces témoignages visuels. Crédit : IMO

Le bolide est apparu quelques secondes après 19h 00min TU (soit 21h 00min, heure locale française). Il a été visible pendant en peu plus de 5 secondes au cours desquelles il a été la source de plusieurs sursauts lumineux, dont trois particulièrement intenses. La trajectoire déduite des rapports visuels indique qu’il a parcouru plus de 100 km au-dessus des Pays-Bas, en partant de Voorthuisen, pour finir sa trajectoire lumineuse 15 km au large de la côte hollandaise, au-dessus de la Mer du Nord. L’azimut de sa trajectoire était d’environ 280° (Ouest-Nord-Ouest), et elle s’est terminée à une altitude d’environ 50 km au-dessus de la mer.

D’après les calculs de Martin Breukers, le météoroïde avait une vitesse d’entrée atmosphérique de 29 km/s, et serait issu d’un radiant localisé aux coordonnées (A.D. = 10° ; Déc. = +10°), ce qui correspond à celui des (215) delta-Piscides Nord.

Image du bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU, filmé par la caméras CAMS-BeNeLux de Martin Breukers depuis sa station de Hengelo. Crédit : CAMS-BeNeLux, Martin Breukers

Image du bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU, filmé par la caméras CAMS-BeNeLux de Martin Breukers depuis sa station de Hengelo. Crédit : CAMS-BeNeLux, Martin Breukers

Le bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU, filmé par les caméras FRIPON de Noordwijk, Bruxelles et Lille. Crédit : FRIPON

Le bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU, filmé par les caméras FRIPON de Noordwijk, Bruxelles et Lille. Crédit : FRIPON

Si jamais vous avez observé cet objet, n’hésitez pas à remplir un formulaire d’observation en ligne : c’est simple, rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie ! Merci d’avance !

Dans la presse :

COMMUNIQUE DE PRESSE (22/09/2017) :

« Le 21 septembre, à 19h 00min TU (équivalent à 21h 00min, heure locale française), un bolide a été largement observé, rapporté et filmé. Plus de 310 rapports sur cet événement ont été envoyés par des témoins à l’IMO (International Meteor Organization). Ces rapports provenaient de plusieurs pays : Pays-Bas, Belgique, Allemagne, France, Luxembourg et Royaume-Uni. Il a été observé depuis une large région d’Europe occidentale s’étendant du Sud de l’Alsace à Manchester (Royaume-Uni), et de Paris à Berlin (Allemagne).

Le bolide a également été enregistré sur au moins 5 des caméras (Noordwijk, Brussels, Lille, Arras and Maubeuges) du réseau français de détection vidéo de météores, FRIPON (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network), ainsi que par le réseau vidéo CAMs-BeNeLux.

Tous les rapports d’observation ainsi qu’une carte montrant la localisation des témoins est disponible à l’adresse suivante : http://fireball.imo.net/members/imo_view/event/2017/3301

Une première estimation de la trajectoire du phénomène, obtenue à partir des rapports d’observation des témoins oculaires, indique que le bolide est passé au-dessus des Pays-Bas. Il a commencé d’être visible au Nord de Barneveld (Gelderland), puis s’est déplacé dans une direction Ouest-Nord-Ouest (azimut d’environ 280°). Il a ainsi survolé au-dessus de la région d’Utrecht, est passé 10 km au Sud d’Amsterdam, au-dessus de Hoofddorp, pour terminer sa trajectoire lumineuse au-dessus de la Mer du Nord, à 15 km des côtes.

Les bolides sont des phénomènes très brillants qui surviennent lors qu’un météoroïde (un débris d’astéroïde ou de noyau de comète) pénètre à très grande vitesse (plusieurs dizaines de km/s) dans l’atmosphère terrestre. Ce sont des étoiles filantes, également appelées « météores », plus lumineuses que la moyenne. Si les étoiles filantes sont pour la plupart causées par des débris de taille millimétrique ou centimétrique, les bolides sont causés par des débris de dimensions plus imposantes (plusieurs centimètre ou dizaines de centimètres pour les plus lumineux). Le météore est donc plus bien plus brillant. Tous les témoins perçoivent un tel phénomène comme très proche, du fait de sa très forte luminosité intrinsèque. L’illusion de proximité est encore plus forte si on observe le phénomène près de l’horizon.

La grande majorité des météoroïdes se subliment totalement durant leur traversée de l’atmosphère terrestre. Il arrive cependant, pour les météoroïdes les plus massifs, que des morceaux survivent et soient retrouvés sur le sol : ce sont les météorites. Lorsqu’un tel phénomène survient, il est primordial d’obtenir des témoignages du phénomène pour déterminer sa trajectoire exacte. C’est ce qui a pu être réalisé au début de l’année aux Pays-Bas, avec la découverte de la météorite de Broek in Waterland, juste après qu’un bolide fut filmé et observé : https://www.imo.net/sixth-authenticated-meteorite-fall-over-the-netherlands/

L’IMO et toutes les organisations partenaires reçoivent des milliers de rapports d’observation chaque année. Cela a été rendu possible par la mise au point d’un formulaire interactif spécialement conçus pour obtenir des informations scientifiquement exploitables de novices en astronomie ayant simplement eu la chance d’être les témoins d’un bolide. Ce formulaire est disponible en plus de 28 langues à l’adresse suivante : http://fireballs.imo.net/

Le site de l’IMO contient beaucoup d’informations sur les météores et les évènements similaires, ainsi que des conseils pour les observer : http://www.imo.net/ . L’association française ReForMe (REseau Français d’ObseRvation de MEtéores : http://www.reforme-meteor.net/ ) est également membre de l’IMO. »

Dernière mise à jour : 23/09/2017, 23h 38min

Sep 102017
 

Un gros bolide a été observé depuis un large quart Sud-Est de la France le 10 septembre, à 19h 29min TU (soit 21h 29min, heure locale française). Les rapports d’observation (plus de 25) ont été envoyé de la Meurthe-et-Moselle aux Bouches-du-Rhône, en passant par les Pyrénées-Orientales et la Suisse ! Ce météore a également été détecté par 14 caméras du réseau FRIPON (voir image ci-dessous) !

D’après les observations, la durée du bolide était d’environ 4 secondes, et il a été très brillant (probablement de magnitude proche de celle de la Pleine Lune) puisque de nombreux témoins l’ont observé depuis chez eux. Un témoin qui a observé également le bolide du 4 août dernier rapporte même que celui-ci était plus brillant (pour rappel, le bolide du 4 août était évalué à la magnitude d’environ -13, soit celle de la Pleine Lune). Il semble également que le météoroïde se soit fragmenté en de multiples morceaux à la toute fin de sa trajectoire lumineuse.

Carte de localisation des témoins ayant envoyé un rapport d'observation du bolide du 10 septembre 2017, 19h 29m TU. Crédit : IMO/AMS

Carte de localisation des témoins ayant envoyé un rapport d’observation du bolide du 10 septembre 2017, 19h 29m TU. Crédit : IMO/AMS

Cet événement est associé à l’entrée dans l’atmosphère à grande vitesse (dans le cas du bolide du 10/09, probablement entre 25 et 30 km/s) d’un météoroïde (petit caillou interplanétaire dont les dimensions peuvent varier de quelques micromètres à plusieurs centimètres, voire dizaines de centimètres). Ce dernier laisse sur son passage une traînée lumineuse dans l’atmosphère : l’étoile filante, ou météore. Et s’il est relativement massif, ce trait de lumière est plus brillant : le météore devient très lumineux, et prend l’appellation « bolide » (même si c’est en réalité un météore/étoile filante).

Le bolide du 10 septembre 2017, 19h 29min TU, filmé depuis la caméra FRIPON de Lebleymard (Lozère). Crédit : FRIPON

Le bolide du 10 septembre 2017, 19h 29min TU, filmé depuis la caméra FRIPON du Bleymard (Lozère). Crédit : FRIPON

Le bolide du 10 septembre 2017, 19h 29min TU, filmé depuis la caméra de François Kügel et Claudine Rinner depuis Dauban (Alpes-de-Haute-Provence). Crédit : Allsky de Dauban - MPC A77 Banon C.Rinner, F.Kugel (http://fkometes.pagesperso-orange.fr/pages/meteo_A77.html)

Le bolide du 10 septembre 2017, 19h 29min TU, filmé depuis la caméra de François Kügel et Claudine Rinner depuis Dauban (Alpes-de-Haute-Provence). Crédit : Allsky de Dauban – MPC A77 Banon C.Rinner, F.Kugel (http://fkometes.pagesperso-orange.fr/pages/meteo_A77.html)

Écho radio du bolide du 10 septembre 2017, 19h 29m TU, enregistré par la station radio FRIPON de Marseille (13). Crédit : FRIPON

Écho radio du bolide du 10 septembre 2017, 19h 29m TU, enregistré par la station radio FRIPON de Marseille (13). Crédit : FRIPON

Les résultats des analyses automatiques réalisées à partir des observations visuelles indiquent que le bolide a commencé à être visible au-dessus de la Drôme (entre Die et Crest), avant de survoler Valence, l’Ardèche, la Haute-Loire, faire une petite incursion au-dessus du département de la Loire, et disparaître visuellement au-dessus de l’Auvergne, 35 km environ au Sud de Thiers, et 30 km à l’Est d’Issoire. La vitesse d’entrée atmosphérique devait donc être proche de 25-30 km/s.

Si vous avez observé cet objet, n’hésitez donc pas à remplir dès maintenant un Formulaire d’Observation de Bolide ! Cela nous aidera à reconstruire la trajectoire atmosphérique du météoroïde. Et n’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions à ce sujet ! Merci d’avance !

Cette page sera mise à jour au fur et à mesure de l’arrivée des rapports et des résultats de leur analyse. N’hésitez donc pas à lui rendre visite régulièrement !

Dernière mise à jour : 11/09/2017, 09h 29min

Sep 032017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 04/09, 00h 36m TU (mag. -5, SPO), filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (BOAM, 54).
  • 05/09, 20h 47m TU (mag. -3, SPO), observé et filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (BOAM, 54). 1 rapport IMO.
  • 08/09, 01h 08m TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13), les Pyrénées-Orientales (66) et filmé depuis les Bouches-du-Rhône (FRIPON, 13).
Bolide du 8 septembre 2017, 01h 08m TU, photographié depuis les Bouches-du-Rhône par Marc Delerm. Crédit : Marc Delerm

Bolide du 8 septembre 2017, 01h 08m TU, photographié depuis les Bouches-du-Rhône par Marc Delerm. Crédit : Marc Delerm

  • 09/09, 20h 25m TU (SPE, mag. -6), filmé depuis le Calvados (BOAM, 14).
  • 10/09, ~03h 30m TU, observé depuis l’Ille-et-Vilaine (35).
  • 10/09, 19h 29m TU, observé depuis l’Ain (01), les Alpes-Maritimes (06), l’Ardèche (07), l’Aude (11), l’Aveyron (12), les Bouches-du-Rhône (13), la Côte-d’Or (21), le Doubs (25), la Drôme (26), le Gard (30), l’Hérault (34), l’Isère (38), le Jura (39), la Loire (42), la Haute-Loire (43), la Lozère (48), la Haute-Marne (52), le Puy-de-Dôme (63), le Bas-Rhin (67), le Rhône (69), le Var (83), la Suisse, l’Allemagne et filmé depuis l’Ain (01), les Alpes-de-Haute-Provence (04), l’Aude (11), les Bouches-du-Rhône (13), le Doubs (25), l’Hérault (34), la Loire (42), la Meurthe-et-Moselle (54), les Pyrénées-Orientales (66), le Rhône (69), la Haute-Savoie (74), le Var (83) et l’Yonne (89). 86 rapports IMO.
Le bolide du 10 septembre 2017, 19h 29min TU, filmé depuis la caméra FRIPON de Lebleymard (Lozère). Crédit : FRIPON

Le bolide du 10 septembre 2017, 19h 29min TU, filmé depuis la caméra FRIPON du Bleymard (Lozère). Crédit : FRIPON

  • 10/09, ~20h 55m TU, observé depuis le Gard (30), la Savoie (73) et l’Espagne. 5 rapports IMO.
  • 11/09, ~20h 10m TU, observé depuis l’Eure (27). 1 rapport IMO.
  • 12/09, ~19h 00m TU, observé depuis Paris (75). 1 rapport IMO.
  • 13/09, ~21h 38m TU, observé depuis le Pas-de-Calais (62). 1 rapport IMO.
  • 14/09, ~19h 06m TU, observé depuis la Seine-et-Marne (77) et le Royaume-Uni. 15 rapports IMO.
  • 15/09, ~23h 20m TU, observé depuis Paris (75). 1 rapport IMO.
  • 16/09, ~19h 30m TU, observé depuis les Hautes-Alpes (05). 1 rapport IMO.
  • 17/09, ~19h 05m TU, observé depuis les Côtes-d’Armor (22). 1 rapport IMO.
  • 17/09, ~23h 29m TU, observé depuis la Vendée (85). 1 rapport IMO.
  • 19/09, 00h 33m TU, observé depuis le Morbihan (56) et filmé depuis la Charente-Maritime (FRIPON, 17), le Maine-et-Loire (FRIPON, 49), la Mayenne (FRIPON, 53), le Morbihan (FRIPON, 56) et les Deux-Sèvres (FRIPON, 79). 1 rapport IMO.
Le bolide du 19 septembre 2017, 00h 33min TU, filmé depuis la caméra FRIPON de Royan (Charente-Maritime). Crédit : FRIPON

Le bolide du 19 septembre 2017, 00h 33min TU, filmé depuis la caméra FRIPON de Royan (Charente-Maritime). Crédit : FRIPON

  • 19/09, ~20h 20m TU, observé depuis les Pyrénées-Orientales (66). 2 rapports IMO.
  • 19/09, ~21h 20m TU, observé depuis Paris (75), le Val-d’Oise (95), le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne. 31 rapports IMO.
  • 20/09, ~20h 06m TU, observé depuis le Nord (59), la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. 3 rapports IMO.
  • 21/09, 19h 00m TU (NPI), observé depuis la Marne (51), le Nord (59), le Haut-Rhin (68), la Seine-et-Marne (77), la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Suisse, et filmé depuis l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, le Nord (FRIPON, 59) et le Pas-de-Calais (FRIPON, 62). 471 rapports IMO.
Le bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU, filmé par les caméras FRIPON de Noordwijk, Bruxelles et Lille. Crédit : FRIPON

Le bolide du 21 septembre 2017, 19h 00min TU, filmé par les caméras FRIPON de Noordwijk, Bruxelles et Lille. Crédit : FRIPON

  • 21/09, 22h 58m TU, observé depuis l’Isère (38), et filmé par 14 stations FRIPON. 1 rapport IMO.
Le bolide du 21 septembre 2017, 22h 58min TU, filmé par la caméra FRIPON du Bleymard. Crédit : FRIPON

Le bolide du 21 septembre 2017, 22h 58min TU, filmé par la caméra FRIPON du Bleymard. Crédit : FRIPON

  • 22/09, ~21h 05m TU, observé depuis l’Allier (03), et l’Oise (60). 3 rapports IMO.
  • 22/09, 23h 09m TU, observé depuis la Corrèze (19), la Côte-d’Or (21) et filmé par 10 caméras du réseau FRIPON. 2 rapports IMO.
  • 23/09, 02h 12m TU, observé depuis la Nièvre (58), la Belgique et filmé par 10 caméras du réseau FRIPON. 2 rapports IMO.
  • 23/09, ~18h 24m TU, observé depuis l’Ain (01), la Drôme (26), le Gard (30), la Gironde (33), les Pyrénées-Orientales (66), la Savoie (73) et le Var (83). 10 rapports IMO.
  • 23/09, ~20h 20m TU, observé depuis l’Hérault (34) et les Pyrénées-Orientales (66). 2 rapports IMO.
  • 23/09, ~21h 00m TU, observé depuis le Nord (59). 1 rapport IMO.
  • 23/09, ~23h 00m TU, observé depuis la Dordogne (24). 1 rapport IMO.
  • 24/09, ~20h 55m TU, observé depuis les Pyrénées-Atlantique (64). 1 rapport IMO.
  • 27/09, 03h 17m TU (mag. -5), filmé depuis l’Aude (11).

Dernière mise à jour : 28/09/2017, 09h 04min

Août 102017
 

Si vous vous levez demain matin (11/08) avant le lever du Soleil, vous devriez, malgré la Lune, apercevoir quelques étoiles filantes traverser rapidement le ciel nocturne. C’est normal, le maximum d’activité des Perséides est prévu dans une cinquantaine d’heures !

Les Perséides 2017 photographiées par Tunç Tezel depuis la Turquie. Crédit : Tunç Tezel, TWAN

Tous les ans, à la même période (aux alentours du 12 août), de nombreuses personnes partent à la chasse aux étoiles filantes (également appelés météores). Car ces dernières sont effectivement plus nombreuses ces nuits-là. La raison ? Notre planète, la Terre, traverse alors une zone plus dense en poussières (également appelés météoroïdes) de l’espace. Ces poussières se sont échappées depuis plusieurs centaines, voire milliers d’années du noyau d’une comète, 109P/Swift-Tuttle, qui revient à proximité du Soleil, et donc de la Terre, tous les 133 ans environ. Car le noyau d’une comète est composé de poussières et de glaces. En se rapprochant du Soleil, la glace de la surface se sublime (passe directement de l’état solide à l’état gazeux), emportant avec elle les particules rocheuses inclues dedans. Conséquence : l’orbite de la comète est entourée d’un nuage de météoroïdes qui ont été libérés depuis plus ou moins longtemps, et donc plus ou moins dispersés. Son dernier passage eut lieu en décembre 1992, et les années qui précédèrent et suivirent ce retour furent la source d’une recrudescence d’activité.

Depuis, l’activité semble s’être stabilisée, et le nombre théorique de Perséides observables actuellement par heure lors du maximum est d’environ 100. Le nombre de météores réellement observé est moindre (sauf si vous avez un ciel parfait !). Par exemple, cette année, la Lune étant présente dans le ciel, vous devriez observer 20 à 30 Perséides par heure, en fin de nuit, même si le ZHR* est de 100, en fin de nuit du 11 au 12, puis du 12 au 13 août.

Le maximum est en effet prévu cet année  entre le 12 août, 14h TU et le 13 août, 02h30 TU. Les meilleures périodes pour observer les Perséides sont donc la fin de nuit du 11 au 12 août, et toute la nuit du 12 au 13 août (en début de nuit, le radiant sera bas dans le ciel, mais la Lune absente ; en fin de nuit, le radiant** sera plus haut, mais la Lune sera présente, donc en fonction de vos disponibilités et conditions d’observation, vous pouvez choisir votre période d’observation).

La position du radiant des Perséides (PER) et son déplacement au cours du temps. Crédit : IMO

Pour cela, quelques conseils indispensables pour que vos observations se déroulent bien !

  • Couvrez-vous chaudement ! Même si nous sommes en été, les nuits sont fraîches, et vous allez rester allongés, sans trop bouger. Donc si vous ne voulez pas écourter votre session d’observation pour cause d’hypothermie, couvrez-vous chaudement, d’autant plus que les températures prévues pour les nuits à venir sont relativement fraîches.
  • Allongez-vous ! Chaise-longue, tapis de sol sont les bienvenus ! Sinon, c’est torticolis assuré, et une session d’observation écourtée…
  • Observez en deuxième moitié de nuit : le radiant (le point du ciel, d’où, par un effet de perspective, les Perséides semblent toutes provenir) des Perséides est dans Persée (d’où leur nom). Or, la constellation de Persée est très basse dans le ciel en début de nuit. Conséquence : leur nombre observable sera faible. Par contre, en fin de nuit, Persée sera bien plus haute dans le ciel, et le nombre de météores observés sera donc bien plus important !
  • Concentrez-vous ! Vous verrez bien moins de météores si vous ne gardez pas toute votre attention concentrée vers le ciel. Surtout pour les météores les moins lumineux.
  • Essayez d’observer sous des cieux les plus purs possibles : la Lune sera présente, et éclairera le ciel. Tout voile de brume, nuages, humidité ou aérosols augmentera considérablement ses effets. Plus votre ciel sera pur, moins l’effet de la Lune se fera sentir, et plus vous verrez d’étoiles filantes.
  • Masquez la Lune (avec un relief, un paravent, un parasol, ou une casquette) : cette dernière est très brillante, et fatiguante à la longue. Surtout, ne la gardez pas dans votre champs de vision, mais regardez plut^to dans la direction opposée, là où le ciel est plus noir !

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions à ce sujet !

Bonne chasse aux vœux !

 

Notes

*ZHR : Zenithal Hourly Rate, c’est-à-dire le nombre théorique maximum observable de météores d’une source météorique donnée dans des conditions d’observation parfaites (radiant au zénith et ciel bien noir). Le nombre de météores réellement observé est généralement moindre.

**radiant : zone de la voûte céleste d’où semblent provenir, par un effet de perspective, les météores d’une même pluie météorique. En pratique, il ne faut jamais observer directement le radiant, car les météores peuvent apparaître partout dans le ciel. Pour optimiser sa chasse aux Perséides, il faut observer à une distance de 20-40° du radiant, à 60-80° de hauteur, et ne surtout pas avoir la Lune dans son champs d’observation !

Août 052017
 

Un bolide de magnitude légèrement inférieure à -12 (la luminosité de la Pleine Lune, voir courbe en bas de l’article) a été largement observé dans la soirée du 4 août 2017, à 21h 12min TU (soit 23h 12min, heure locale française) : plus de 270 rapports ont déjà été envoyés à l’IMO via son formulaire en ligne (disponible en français) !

L’objet a été observé depuis une large moitié Sud du pays : la répartition des témoignages s’étale des Landes à la Suisse, et du Var jusqu’au Haut-Rhin et au Loir-et-Cher !

Carte de localisation des témoins du bolide du 4 août 2017, et trajectoire du bolide déduite de ces rapports d’observation. Crédit : IMO/AMS

Les témoins décrivent un météore coloré (à dominante bleue-verte), qui a duré quelques secondes, et qui s’est divisé en trois à quatre fragments en fin de trajectoire. L’objet a également été filmé depuis la station météo du Lioran

par une caméra de vidéosurveillance dans le Tarn

par une caméra embarquée, sur l’A119

par une caméra allsky du Club d’Astronomie de Mars, en Ardèche

Le bolide du 4 août 2017, 21h 12m TU enregsitré par la caméra allsky du Club d'Astronomie de Mars, en Ardèche. Crédit : clubastromars.org, Observatoire Hubert Reeves, Planète Mars

Le bolide du 4 août 2017, 21h 12m TU enregistré par la caméra allsky du Club d’Astronomie de Mars, en Ardèche. Crédit : clubastromars.org, Observatoire Hubert Reeves, Planète Mars

ainsi que par plusieurs caméras du réseau FRIPON (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network), notamment celles de Onet-le-Château (12), Coulounieix-Chamiers (24) et Albi (81) (voir images ci-dessous).

Synthèse des 10 images du bolide du 4 août 2017, 21h 12min TU, ainsi que la trajectoire reconstituée à partir de ces vidéos réalisées par les caméras du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON.

Synthèse des 10 images du bolide du 4 août 2017, 21h 12min TU, ainsi que la trajectoire reconstituée à partir de ces vidéos réalisées par les caméras du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON.

Les premières analyses des témoignages visuels semblent indiquer que le bolide avait une trajectoire Sud-Est-Nord-Ouest. Sa trajectoire lumineuse a débuté près de l’intersection entre les trois départements de l’Aveyron, du Lot et du Tarn-et-Garonne, pour se terminer à environ 20 km au Sud-Est de Périgueux.

Trajectoires du bolides du 4 août 2017, 21h 12min TU, déduites des rapports d'observation visuels (ligne rouge) et calculée à partir des vidéos du réseau FRIPON (points blancs). Crédits : IMO/AMS, FRIPON

Trajectoires du bolides du 4 août 2017, 21h 12min TU, déduites des rapports d’observation visuels (ligne rouge) et calculée à partir des vidéos du réseau FRIPON (points blancs). Crédits : IMO/AMS, FRIPON

Les analyses des vidéos du projet FRIPON donnent des informations bien plus précises sur la trajectoire et l’origine de cet objet : le météoroïde a pénétré dans l’atmosphère terrestre avec une vitesse d’entrée de 16.8 km/s, et une inclinaison de 20° par rapport à l’horizontale. Il était alors au-dessus de la limite entre les départements du Tarn (81) et du Tarn-et-Garonne (82), entre les villages Bruniquel et Septfonds (lat. ~ 44° 06′ N ; lon. ~ 001° 39′ E). L’objet a ensuite été visible pendant presque 7 secondes, alors qu’il parcourait environ 120 km dans l’atmosphère terrestre, en direction du Nord-Nord-Ouest (azimut d’environ 335°), avant de devenir invisible alors qu’il était encore à une altitude de 37 km, et qu’il passait au-dessus de la Vézère, à hauteur du village de Peyzac-le-Moustier (lat. ~ 44° 59′ N ; lon. ~ 001° 04′ E). Sa vitesse était alors de 7,8 km/s. D’après ces données, il est malheureusement peu probable que l’objet soit la source d’éventuelle météorite.

Les paramètres orbitaux du météoroïde sont :
Temps (MJD)  = 57970.6878125
Distance au périhélie, q = 0.82832832682 UA*
Demi-grand axe de l’orbite, a = 1.87360561305 UA
Excentricité, e = 0.557896111621
Inclinaison, i = 4.30274091339°
Longitude du nœud ascendant = 312.440141826°
Argument du périhélie = 60.7900369827°
Anomalie vraie = 343.799618006°

* UA = Unité Astronomique

Courbe de luminosité du bolide du 4 août 2017, 21h 12min TU, déduite des vidéos enregsitrées par les caméras du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

Courbe de luminosité du bolide du 4 août 2017, 21h 12min TU, déduite des vidéos enregistrées par les caméras du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

Courbe d'altitude du bolide du 4 août 2017, 21h 12min TU, déduite des vidéos enregistrées par les caméras du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

Courbe d’altitude du bolide du 4 août 2017, 21h 12min TU, déduite des vidéos enregistrées par les caméras du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

Dernière mise à jour : 13/08/2017, 14h 45min