Juil 152015
 

Le 17 juillet est une date qui n’évoque pas forcément grand chose dans l’esprit des astronomes amateurs… Et pourtant ! C’est la date « officielle » (fixée par l’International Meteor Organization (IMO, www.imo.net)) du début de la période d’activité des célèbres Perséides (PER) ! Ces dernières également désignées sous le nom de « larmes de Saint-Laurent » (la Saint-Laurent a lieu le 10 août, donc aux environs du maximum d’activité de la pluie de météores) ont été largement popularisées par les fameuses « Nuits des Etoiles » et le retour, au début des années 1990, par le retour au périhélie de la comète à l’origine des Perséides, 109P/Swift-Tuttle. Car en décembre 1992, cette dernière est venue rendre visite à notre étoile et donc à notre petite planète, événement qui n’a lieu que tous les 133 ans environ (le prochain est prévu en juillet 2126). Ce retour dans le voisinage du Soleil a ainsi été associé, pendant une vingtaine d’années (de 1988 à 2007), à l’apparition d’un maximum d’activité supplémentaire dont l’activité a dépassé des ZHR* de 200 entre 1991 et 1994 ! De quoi garder les curieux en éveil au cours des chaudes nuits d’été !

Depuis, la pluie météorique des Perséides est retombée à des taux d’activité plus classiques, mais cependant assez forts (au cours de son histoire récente, il semble que le ZHR, hors sursaut, ait varié de 30 à 150), puisque le ZHR lors du pic principal est d’environ 100. Ce qui classe donc les Perséides dans les trois pluies d’étoiles filantes régulières les plus actives de l’année (après les Géminides (ZHR = 120, en décembre) et les Quadrantides (ZHR entre 80 et 150, en janvier)).

L’activité des Perséides débute donc officiellement cette nuit. De toutes les pluies de météores, les Perséides font partie de celles qui ont la plus longue période d’activité : cette dernière s’étale du 17 juillet au 24 août, soit presque 40 jours (ou nuits, tout dépend du point de vue) ! Une telle période d’activité témoigne de la très grande ancienneté de cette pluie dont les premières observations remontent à l’an 36, où elle fut mentionnée dans des écrits chinois. Car elle implique une très grande dispersion des météoroïdes*** libérés du noyau cométaire de 109P/Swift-Tuttle. Dispersion qui n’est possible que si l’on imagine que les poussières rencontrées peuvent avoir été éjectées il y a plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’années avant de pénétrer dans l’atmopshère terrestre ! L’avantage de cet âge avancé des Perséides, c’est que le maximum est également très étalé dans le temps. Si pour des sursauts d’activité très intenses associés à des poussières fraichement éjectées d’une comète, le pic ne dure parfois que quelques dizaines de minutes, pour les Perséides, la nuit du maximum principal est entouré de plusieurs nuits (avant et après le pic) pendant lesquelles les ZHRs dépassent largement 50 !

Cette année, le maximum d’activité des Perséides est prévu le 13 août, entre 06h30 et 09h00 TU. Ce qui est très favorable aux observateurs européens (ou québécois) ! En effet, le radiant* des Perséides est localisé, comme son nom l’indique, dans la constellation de Persée. Et un rapide coup d’oeil à une carte du ciel confirmeront vos doutes naissants : en début de nuit, le radiant est très bas sur l’horizon… Contrairement à une idée reçue (ou plutôt, à une facilité d’observation, car il est plus facile d’observer après un barbecue sur la plage que de se réveiller à 3h du matin, même en vacances), les Perséides sont bien plus nombreuses dans le ciel en fin de nuit, puisqu’à activité égale, le nombre de Perséides réellement observé est quatre fois plus important en fin de nuit qu’en début de soirée. Les Perséides sont donc une pluie de météores de lève-tôt. Et qui devrait révéler toute leur splendeur à ceux qui seront éveillés en fin de nuit du 12 au 13 août, puisque le maximum est prévu en début de matinée, donc quelques heures seulement après que le radiant soit au zénith sous nos latitudes. Les quelques heures avant le crépuscule nautique devrait donc délivrer leur lot d’étoiles filantes… et de voeux !

Carte de position du radiant des Perséides et sa dérive sur la voûte céleste. Crédits : IMO

Carte de position du radiant des Perséides et sa dérive sur la voûte céleste. Crédits : IMO

Pour couronner le tout, cette année, un deuxième phénomène pourrait augmenter avec des proportions plus ou moins importantes l’activité des Perséides. D’après les prévisions de Jérémie Vaubaillon et de l’IMCCE/CINES, le 12 août, vers 18h39 TU, la Terre devrait passer à proximité d’un tore de météoroïdes libérés de la comète Swift-Tuttle en 1862. Ce qui pourrait faire augmenter l’activité observable des Perséides dans des proportions inconnues (cet événement peut passer complètement inaperçu, comme il peut également être faiblement ou largement perceptible). A cet horaire, il fera jour au-dessus de l’Europe, mais la nuit sera en passe de tomber. Il sera alors temps, même si les conditions d’observations ne seront pas parfaites (radiant bas sur l’horizon) de lever les yeux vers le ciel, au cas où… Dans tous les cas, même si l’activité n’augmente pas significativement, quelques jolis météores devraient régaler les observateurs !

Carte de la position théorique des météoroïdes issus de la comète 109P/Swift-Tuttle par rapport à la Terre en 2015. On voit que notre planète va passer à proximité d'une zone légèrement plus dense en particules, sans réellement la pénétrer, ce ui peut donner naissance à une augmentation d'activité le 12 août, vers 18h39 TU. Crédits : IMCCE/CINES.

Carte de la position théorique des météoroïdes issus de la comète 109P/Swift-Tuttle par rapport à la Terre en 2015. On voit que notre planète va passer à proximité d’une zone légèrement plus dense en particules, sans réellement la pénétrer, ce ui peut donner naissance à une augmentation d’activité le 12 août, vers 18h39 TU. Crédits : IMCCE/CINES.

Il reste donc quelques semaines avant que le pic d’activité ne soit observable. Cependant, les personnes les plus motivées peuvent dès à présent commencer à surveiller les Perséides ! Même si actuellement, leur nombre est très faible (le nombre observable par heure se comptera sur les doigts d’une main jusqu’à début août), c’est une expérience très intéressante pour se rendre compte de l’évolution avec le temps de l’intensité de la pluie de météores, et appréhender réellement les variations de densité du nuage de météoroïdes traversé. D’autant que la courbe n’est pas symétrique ! Si la montée en puissance des Perséides est longue et impressionnante (30 jours), la chute elle, est extrêmement rapide (10 jours) !

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas ! Il reste 30 jours pour y répondre avant le pic…

Bons ciels et bonnes observations à tous !

 

Lexique

* ZHR : Zenithal Hourly Rate, soit le nombre de météores issus d’une même source (ici les Perséides) qu’un observateur peut voir en une heure sous des conditions idéales : radiant au zénith et ciel noir (magnitude limite de +6.5). Le nombre de météores effectivement observé est très généralement moindre.

** Radiant : zone du ciel d’où, par effet de perspective, tous les météores issus d’une même source semblent provenir. Le nom du radiant est généralement associé au nom de la constellation dans laquelle il est localisé. Le radiant des Perséides est ainsi localisé dans la constellation de Persée, à côté du célèbre W de Cassiopée.

*** Météoroïde : petite particules métallique ou rocheuse de quelques micromètres à quelques centimètres de diamètre qui voyage dans l’espace interplanétaire. S’il est amené à pénétrer dans l’atmosphère terrestre, il donnera naissance à un phénomène lumineux : le météore. Et si son volume et sa consistance sont relativement importants, il peut en subsister des parties qui peuvent atteindre le sol : les météorites.

  24 réponses sur “Début d’activité des Perséides 2015 !”

  1. « les Perséides font partie de celles qui ont la plus longue période d’activité : cette dernière s’étale du 17 juillet au 24 août »

    […]

    « Cette année, le maximum d’activité des Perséides est prévu le 13 juillet »

    Y a quelque chose qui cloche non?

  2. Salut Karl …
    Je serai à l’affût en Isère, dans le Triève pour assister à ce phénomène si magique…
    J’espère que la météo et les étoiles filantes me souriront cette fois ci ….

    Corrige une petite faute de frappe dans la phrase :  » … Et qui devrait révéléer toute leur splendeur à ceux…  »
    révéler : sans le  » é  » à la fin…
    Cordialement…
    😉

    • Merci JPP04 !
      C’est corrigé (ainsi que quelques autres petites typos) !
      Bonnes observations depuis l’Isère ! J’espère également pour toi que la météo sera de la partie, car je pense que 2015 sera une année quasi-parfaite pour les observateurs français de Perséides. Reste plus que l’aléas météorologique… Celui-là, on ne peut malheureusement pas trop jouer dessus…

      Bonne chasse aux Perséides !
      Karl

      • Salut Karl !
        Bilan très positif pour ces Perséides 2015.. Un très bon cru sans la Lune !!!

        – Nuit du Mercredi 12 au 13 août claire avec de légers passages nuageux…
        – Nuit du 13 au 14 orageuse hélas :/ MAIS avec une belle fenêtre d’une heure vers 4h30 : Le pipi matinal au camping de Lus-la Croix-Haute m’a sauvé

        Brillantes,longues et régulières. Une douzaine pour moi mais je n’ai pas veillé toutes les nuits…
        Que du Bonheur !!!

        PS : 3 belles sur le capteur moins une effacée par mégarde …. Grrrr !!

      • 2016 s’annonce encore mieux au niveau du ZHR mais avec une Lune en premier quartier !!
        Qu’importe, vive la deuxième partie de nuit !!!
        j’ai lu cette prévision dans Astro-mag, évidemment
        😉
        JP

    • Quelques fautes par ci par là, mais on voit que c’est de l’inattention…. Le niveau est largement au dessus de la moyenne française….. Malheureusement…. 😉

      • Bonjour Jérémy,
        Ne pas hésiter à me signaler les typos qui se sont glissées !
        En mail privé et je corrige. Cet article a été écrit très rapidement, et j’espèrais prendre le temps de le corriger dans les semaines qui ont suivies, mais j’ai été optimiste ; je vais relire un coup dès que j’ai 10 minutes…

        Karl

        • Bonjour Karl,
          Pour commencer, très bon article! Comme répondu à la personne qui déteste les fautes au moins autant que moi, celles-ci ne méritent pas d’être soulignées…. Saluons plutôt votre travail…

          • Merci !
            Bon, j’ai relu en express et re-corrigé quelques broutilles.
            Mais j’imagine qu’il doit encore en rester quelques-unes qui traînent.
            Normalement, si le temps me le permet, j’espèrais faire un petit truc quelques jours avant le maximum, pour une « piqûre de rappel ». C’est-à-dire très bientôt 😉
            Donc il devrait y avoir une mise à jour sous peu…

            Bons ciels !
            Karl

          • On est mal barré en isère! 2 mois de canicules et là évidemment ils prévoient un temps dégueulasse! on va croiser les doigts!

          • On va voir…
            Pour l’instant, j’ai l’impression que l’Isère est épargnée.
            C’est la moitié Ouest qui risque de ne pas être aux premières loges… Ou en tout cas, ils y seront, mais sous les nuages et les orages…

            Karl

  3. Bonjour,

    Merci beaucoup pour toutes ces informations, j’ai vraiment envie de voir le phénomène cette année !
    Pour être certaine d’avoir compris ; « Cette année, le maximum d’activité des Perséides est prévu le 13 août, entre 06h30 et 09h00 TU. Ce qui est très favorable aux observateurs européens ! »
    Si c’est 6h30 TU cela voudra dire que pour moi qui suis de Lille je pourrai les observer dès 8h30 ? Mais s’il fait jour est-ce que ce ne sera plus dur de les voir que de nuit ?

    Cordialement
    Marine

    • Bonjour Marine,

      Le maximum d’activité est effectivement prévu aux environs de 06h30 TU, donc 08h30, en heure locale, depuis la France métropolitaine. Il fera alors jour, et il sera impossible de les observer à l’oeil nu, mais :
      1) ce ne sont que des prévisions, et le maximum peut avoir lieu quelques heures auparavant (ou après), alors qu’il fera encore nuit en France. De plus, il peut potentiellement y avoir quelques maimas secondaires, et il faut imaginer que le pic d’activité peut également durer quelques heures;
      2) l’activité des Perséides quelques heures avant et après le maximum est élevée (> 80). Donc même si le maximum a lieu en plein jour, l’activité devrait être forte dans tous les cas en fin de nuit du 12 au 13 août !

      Pour conclure, il faut bel et bien observer de nuit, de préférence en fin de nuit, et même si le maximum a lieu en plein jour, l’activité devrait être importante dans les nuits précédants et celle suivant le maximum ! Donc c’est une bonne raison d’avoir envie d’observer les perséides cette année ! 😉

      Bons ciels !
      Karl

    • Oula, je ne savais pas qu’il y avait un décalage horaire entre le nord et le sud de la France. (lol)
      Et pour te répondre concrètement, as tu déjà vu une étoile filante en bronzant sur la plage?
      Les derniers à avoir eu cette chance sont les russes.
      Mais un conseil, si tu en vois une en plein jour, suis sa trajectoire et cours dans l’autre sens lol….

      • Re-bonjour jérémy,
        Non, non, il y a eu d’autres bolides observés en plein jour depuis Chelyabinsk !
        Par exemple ici, depuis la France, le 24 juin dernier : http://www.reforme-meteor.net/bolide-du-24-juin-2015-vers-12h-50-tu/
        Mais quand même moins violent que Chelyabinsk…

        Par contre, pour le décalage horaire, je ne comprends pas.
        06h30 TU, ça correspond bien à 08h30 locales, où que tu sois en France, c’est ce qui est écrit par Marine, non ? Ou il y a une typo glissée dans le texte ?

        Bonne journée,
        Karl

        • là, pour le coup, je me tais! (même si seulement 2 témoins recensés 😉 )
          Et pour Marine, comme vous le dites, la France n’est calée que sur un fuseau horaire… Le fait de préciser sa ville me chagrine un peu… (c’est comme les fautes d’orthographe, le manque de connaissances élémentaires mérite d’être souligné…)

          • Mais ne doit pas être rédhibitoire !
            Je préfère lire des questions (avec ou sans fautes, avec plus ou moins de connaissances scientifiques) que rien du tout ! 😉
            On est aussi là pour apprendre un peu aux gens !
            Bonne chance pour les observations en Isère !

            Karl

  4. donc, si mes calculs sont exactes, entre 2h30 et 5h le 13 aout au Qc…?

    Pour le tore par contre, ça tomberait vers 14h30, donc moins de chances… Cela signifie-t-il que l’intensité sera plus élevée juste après le coucher du soleil ici (aux alentours 20h le 12 heure locale, soit 2h00 le 13 en France) ?

    J’aurai la chance d’être du coté de Lac Mégantic, déclarée réserve d’étoile pour la faible pollution lumineuse de la région.

    J’ai vraiment hate à ma petite soirée au bord du lac… 😉

    • Bonjour Fred Qc,

      Effectivement, à Québec, si mes infos sont bonnes, l’heure locale, c’est UT – 4h.
      Donc le maximum dev rait avoir lieu entre 2h30 et 5h, le 13 août, ce qui est idéal, et même encore mieux que la France, pour l’observer en fin de nuit du 12 au 13. Et si jamais il a un peu de retard, ce sera encore mieux. Il faut bien imaginer que les Perséides étant issues d’un nuage de météoroïdes relativement âgé, ce dernier est donc dispersé, et le maximum ne se présente pas sous forme de pic qui ne dure que quelques dizaines de minutes, mais il est bien étalé dans le temps. Donc pour presque tous les observateurs du monde, la nuit du 12 au 13 devrait être active. Il y a juste le petit bonus pour ceux qui observent pendant le pic.
      Mais il faut savoir aussi que le maximum peut avoir lieu plusieurs heures avant ou après l’heure indiquée (le maximum classique des essaims est moins précis, car plus diffus, que les maximums de sursauts d’activité (outbursts) comme ceux des Léonides, Aurigides et Draconides passés). Et que la hauteur du radiant sur l’horizon et la qualité du ciel jouent également un facteur très important sur le nombre de météores observés !

      Bonne chasse aux Perséides !
      Karl

  5. Bonjour
    j’ai regardé votre site avec attention et sachez que je suis totalement novice en Astronomie.

    J’ai une question : dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 Aout entre minuit et 1h du coté d’arcachon en Gironde; nous avons observé avec des amis un phénomène particulier dans le ciel qui ne correspond pas a une pluie de météores.
    Nous avons plutôt observé un immense ensemble de lumières scintillantes se déplaçant lentement, sans bruit, dans un vol horizontal de plusieurs minutes.
    Je pense que ça pouvais être une entrée atmosphérique d’un objet qui c’est fragmenté mais à l’oeil nu nous n’avons pas vu de traînée.

    Avez vous plus d’information ??

    ps: voici le lien d’une vidéo qui illustre à peut prêt ce que l’on a observé

    https://www.youtube.com/watch?v=PaQ8IhNgwso

    Merci de votre réponse

    • Bonsoir LINGY,

      Désolé pour la réponse tardive…
      Je vais jeter un oeil pour voir si votre observation peut correspondre à une éventuelle rentrée atmosphérique de satellite ou d’étage de fusée.
      Pourriez vous me dire dans quelle direction vous avez vu le phénomène ?

      Merci d’avance et bonne soirée !
      Karl

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)