Warning: Declaration of Suffusion_MM_Walker::start_el(&$output, $item, $depth, $args) should be compatible with Walker_Nav_Menu::start_el(&$output, $item, $depth = 0, $args = Array, $id = 0) in /homepages/5/d144083111/htdocs/reforme-meteor/wp-content/themes/suffusion/library/suffusion-walkers.php on line 39
Nov 032015
 

Le courant météorique des Taurides se subdivise en deux pluies météoriques distinctes : les Taurides Nord (NTA) et Sud (STA), séparées sur la voûte céleste de 6° en déclinaison. Ces deux sources sont assciées à la comète à très courte période 2P/Encke, ainsi qu’à tous les objets du même type (comme l’astéroïde 2004 TG10, ou toutes les particules constituant la lumière zodiacale),  issus de la probable fragmentation d’une gigantesque comète il y a 20 000 à 30 000 ans. Or, les météoroïdes issus de ces sources ont des orbites qui les amènent relativement près de l’orbite de Jupiter. La géante gazeuse perturbe donc énormément leur trajectoire. Notamment en créant des zones de résonance, dans lesquelles les particules sont piégées, et ne peuvent que difficilement s’échapper. En résultent des zones de l’espace où la densité en météoroïdes est plus importante que la moyenne ; c’est une telle zone que nous devrions traverser en 2015 : la terre devrait pénétrer dans les poussières issues de la comète 2P/Encke qui sont entrées en résonance 7:2 avec Jupiter. C’est-à-dire qu’elles parcourent 7 fois leur orbite quand Jupiter en fait deux.

Carte de position des radiants des taurides Nord (NTA) et Sud (STA). Crédit IMO, www.imo.net.

Carte de position des radiants des Taurides Nord (NTA) et Sud (STA). Crédit IMO, www.imo.net.

Un tel phénomène a déjà été observé en 1988, 1995, 1998 et 2005. les prévisions laissent penser (et les observations actuelles tendent à le confirmer) que 2015 pourrait être la prochaine année sur la liste. lors de tels retours, les ZHR (en temps normal de 5) peuvent grimper à 10, voire 15 pour chacune des branches du complexe des Taurides : en résulte une jolie activité, qui est généralement marquée par la fréquente apparition de bolides tels que certains ont pu être observés ces derniers jours ! Ce phénomène dure génralement une dizaine de jours, de la fin octobre à mi-novembre. Nous sommes donc en plein dedans ! Et comme le radiant des taurides est levé toute la nuit, des Taurides peuvent apparaître dans le ciel à tout moment, même si elles seront plus nombreuses lorsque le radiant passe au méridien, en milieu de nuit.

Et peut-être avoir la chance d’assiter à ça : ce bolide une Tauride, a été observé et filmé depuis l’Allemagne et la Pologne le 31 octobre 2015, à 18h05 TU : http://imo.net/node/1645 et (en polonais) : http://www.pkim.org/?q=pl/bolid_31_pazdziernika_2015_nad_pomorzem
Ce qui donne, en images et en vidéos :

Bonnes observations et bons ciels à tous !

Nov 022015
 

Vous venez d’observer un bolide et il n’apparaît pas dans la liste si dessous ? N’hésitez pas à témoigner ici !

(c) Jean BRUNET

(c) Jean BRUNET

  • 01/11, ~17h20 TU, observé depuis l’Eure (27), l’Allemagne et l’Autriche. Rapports IMO.
  • 01/11, ~19h11 TU, mag = -4, observé depuis le Puy-de-Dôme (63), les Hauts-de-Seine (92) et le Val-d’Oise (95). Rapports IMO.
  • 01/11, ~21h35 TU, observé depuis le Jura (39), Paris (75), l’Allemagne et la Suisse. Rapports IMO.
  • 01/11, ~22h10 TU, mag = -5, observé depuis le Maine-et-Loire (49). Rapport IMO.
  • 01/11, ~23h30 TU, observé depuis la Loire-Atlantique (44). Rapport IMO.
  • 02/11, ~00h15 TU, observé depuis le Loiret (45). Rapport IMO.
  • 02/11, ~04h59 TU, observé depuis l’Oise (60) et la Vendée (85). Rapport IMO.
  • 02/11, ~18h52 TU, observé depuis le Calvados (14). Rapports IMO.
  • 02/11, ~20h40 TU, observé depuis la Manche (50).
  • 02/11, ~21h16 TU, observé depuis le Pas-de-Calais (62), la Haute-Saône (70), les Yvelines (78), les Vosges (88), les Hauts-de-Seine (92), le Val-de-Marne (95), la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne. Rapports IMO.
  • 03/11, ~05h55 TU, observé depuis les Charentes-Maritimes (17). (25)
  • 03/11, ~18h35 TU, observé depuis l’Ille-et-Vilaine (35).
  • 03/11, ~20h20 TU, observé depuis l’Ain (01), le Doubs (25) et  l’Isère (38). Rapports IMO.
  • 03/11, ~22h15 TU, observé depuis les Hautes-Alpes (05) et les Alpes-Maritimes (06).
  • 04/11, ~18h38 TU, observé depuis l’Allier (03), les Charente-Maritimes (17), les Yvelines (78) et la Haute-Vienne (87).
  • 04/11, ~19h50 TU, observé depuis le Territoire de Belfort (90).
  • 04/11, ~22h20 TU, observé depuis le Lot (46).
  • 04/11, ~23h15 TU, observé depuis le Lot (46).
  • 05/11, ~03h02 TU, observé depuis l’Isère (38).
  • 05/11, ~21h00 TU, observé depuis la Gironde (33) et les Landes (40).
  • 06/11, ~05h15 TU, observé depuis l’Ain (01), la Haute-Garonne (31), l’Isère (38) et les Landes (40).
  • 06/11, ~19h44 TU, observé depuis la Haute-Loire (43).
  • 06/11, ~20h15 TU, observé depuis la Creuse (23), la Haute-Garonne (31), l’Hérault (34), l’Isère (38) et les Pyrénées-Atlantique (64).
  • 07/11, ~01h05 TU, observé depuis le Puy-de-Dôme (63).
  • 07/11, ~01h25 TU, observé depuis le Loiret (45).
  • 07/11, ~02h25 TU, observé depuis la Charente-Maritime (17).
  • 07/11, ~06h00 TU, observé depuis la Gironde (33).
  • 07/11, ~18h45 TU, observé depuis la Savoie (73) et la Haute-Savoie (74).
  • 07/11, ~19h50 TU, observé depuis la Somme (80).
  • 07/11, ~20h22 TU, observé depuis la Corse (20).
  • 08/11, ~16h00 TU, observé depuis la Haute-Loire (43). Rapports IMO.
  • 08/11, ~00h50 TU, observé depuis l’Allier (03), l’Ardèche (07), l’Aube (10), le Cher (18), la Dordogne (24), la Drôme (26), la Gironde (33), l’Isère (38), la Lozère (48), l’Oise (60), la Saône-et-Loire (71), l’Yonne (89), l’Allemagne et la Suisse. Rapports IMO.
  • 08/11, 01h57 TU, mag. = -7, filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (54).
  • 08/11, ~22h19 TU, observé depuis le Bas-Rhin (67), le Rhône (69), les Yvelines (77) et l’Allemagne. Rapports IMO.
  • 08/11, 23h21 TU, mag. = -7, filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (54) et le Bas-Rhin (67).
  • 09/11, ~03h04 TU, observé depuis l’Ain (01), les Côtes d’Armor (22), la Haute-Loire (43), le Rhône (69), la Haute-Savoie (74) et les Pays-Bas. Rapports IMO.
  • 09/11, ~05h42 TU, observé depuis le Nord (59), l’Oise (60) le Pas-de-Calais (62), la Savoie (73), la Haute-Savoie (74), l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et le Royaume-Uni. Rapports IMO.
  • 09/11, ~19h55 TU, observé depuis l’Oise (60). Rapport IMO.
  • 10/11, ~05h24 TU, observé depuis les Hautes-Alpes (05), l’Aude (11), l’Aveyron (12), le Gard (30), la Haute-Loire (43), la Meurthe-et-Moselle (54), le Haut-Rhin (68), la Savoie (73) et la Haute-Savoie (74). Rapports IMO.
  • 10/11, ~18h31 TU, observé depuis le Cantal (15), la Seine-Maritime (76) et la Belgique. Rapports IMO.
  • 10/11, ~22h15 TU, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04), la Haute-Loire (43), les Hautes-Pyrénées (65), le Rhône (69) et la Saône-et-Loire (71). Rapports IMO.
  • 11/11, 18h55 TU, observé depuis les Hautes-Alpes (05), l’Ardèche (07), les Bouches-du-Rhône (13), les Charentes (16), la Côte-d’Or (21), le Gard (30), l’Indre (36), le Lot-et-Garonne (47) et la Lozère (48). Rapports IMO.
  • 11/11, ~23h14 TU, observé depuis le Puy-de-Dôme (63). Rapport IMO.
  • 12/11, ~01h29 TU, observé depuis les Pyrénées-Orientales (66). Rapport IMO.
  • 12/11, 03h49 TU, filmé depuis le Calvados (14), la région parisienne et l’Angleterre.
  • 12/11, 23h22 TU, filmé depuis le Calvados (14).
  • 13/11, ~00h40 TU, observé depuis la Haute-Savoie (74). Rapport IMO.
  • 17/11, ~06h02 TU, observé depuis la Haute-Garonne (31) et les Pyrénées Orientales (66). Rapports IMO.
  • 17/11, ~19h32 TU, observé depuis l’Oise (60), les Pyrénées-Atlantique (64) et la Seine-et-Marne (77). Rapports IMO.
  • 18/11, ~00h55 TU, observé depuis la Vienne (86). Rapport IMO.
  • 18/11, ~18h50 TU, observé depuis le Tarn (81). Rapport IMO.
  • 20/11, ~05h26 TU, observé depuis les Alpes-Maritimes (06). Rapport IMO.
  • 21/11, ~19h02 TU, observé depuis l’Hérault (34). Rapport IMO.
  • 21/11, ~20h16 TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13), la Haute-Garonne (31), l’Hérault (34), les Landes (40), le Tarn-et-Garonne (82) et les Pays-Bas. Rapports IMO.
  • 22/11, ~21h04 TU, observé depuis le Rhône (69), l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. Rapports IMO.
  • 23/11, 02h40 TU, filmé depuis la région parisienne.
  • 23/11, 22h58 TU, observé depuis la Guadeloupe (971). Rapport IMO.
  • 26/11, ~19h36 TU, observé depuis le Nord (59). Rapport IMO.
  • 27/11, ~19h15 TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13). Rapport IMO.
  • 27/11, ~21h00 TU, observé depuis l’Eure (27), le Royaume-Uni et l’Irlande. Rapports IMO.
  • 27/11, ~22h45 TU, observé depuis l’Hérault (34) et la Savoie (73). Rapports IMO.
  • 28/11, ~18h05 TU, observé depuis les Hautes-Alpes (05).
  • 28/11, ~19h08 TU, observé depuis l’Ain (01), les Alpes-Maritimes (06), les Bouches-du-Rhône (13), la Drôme (26), la Gironde (33), l’Hérault (34), l’Isère (38), la Loire (42), le Puy-de-Dôme (63), la Saône-et-Loire (71), et la Haute-Savoie (74). Rapports IMO.
  • 28/11, ~20h30 TU, observé depuis le Vaucluse (84). Rapport IMO.
  • 29/11, ~02h21 TU, observé depuis les Alpes-Maritimes (06) et les Pyrénées-Orientales (66). Rapports IMO.
  • 29/11, ~03h30 TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13).
  • 30/11, ~22h32 TU, observé depuis le Var (83).
Oct 302015
 

Vous venez d’observer un bolide et il n’apparaît pas dans la liste si dessous ? N’hésitez pas à témoigner ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté (manque cruel de temps), cette page n’est pas encore mise à jour. Elle le sera sous peu ! Désolé pour le retard, et merci pour votre patience !

  • 29/10, 17h01 TU, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04), La Meurthe-et-Moselle (54), la Moselle (57), le Bas-Rhin (67), le Haut-Rhin (68), la Haute-Savoie (74) et le Var (83), filmé depuis la Suisse (réseau FMA). Rapports IMO.

    (c) Réseau suisse FMA

    (c) Réseau suisse FMA

  • 30/10, ~22h00 TU, observé depuis l’Isère (38).
Août 312015
 

Vous venez d’observer un bolide et il n’apparaît pas dans la liste si dessous ? N’hésitez pas à témoigner ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté (manque cruel de temps), cette page n’est pas encore mise à jour. Elle le sera sous peu ! Désolé pour le retard, et merci pour votre patience !

(C) Arnaud LEROY

(C) Arnaud LEROY

Août 312015
 

Un bolide de manitude environ -10 a été largement observé depuis la moitié Nord de la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Royaume-Uni le 30 août 2015, vers 19h30 TU (soit 21h30, heure locale). Si vous l’avez observé, n’hésitez pas à apporter votre témoignage via le site de l’IMO dédié. Nous devrions mettre à jour sous peu cette page concernant l’événement !

Quelques articles signés Vincent Perlerin, en attendant :

http://www.imo.net/node/1634

http://www.amsmeteors.org/2015/08/major-fireball-event-over-the-english-channel/

 

Août 122015
 

Petit rappel pour les étourdis : le(s) maximum(s) d’activité des Perséides auront lieu aujourd’hui et demain !
Donc c’est cette nuit que l’activité des Perséides devrait être la plus forte. Ainsi, en fin de nuit prochaine (du 12 au 13 août), de 50 à 100 météores pourront être observés par heure (en fonction des conditions du ciel (pollution lumineuse, brume, couverture nuageuse) et de l’acuité visuelle, de la concentration et de l’expérience de l’observateur) !
Petit rappel des horaires des différents maximums.
Le maximum « classique », observé tous les ans, est prévu demain matin (13/08), entre 06h30 et 09h00 TU (d’après l’IMO). ce qui est très bien pour les observateurs européens, car cela signifie que l’activité sera forte en fin de nuit du 12 au 13 août, lorsque le radiant sera haut dans le ciel !
Le maximum « surprise » est prévu plus tôt, le 12/08, vers 18h39 TU (prévisions Jérémie Vaubaillon, IMCCE). Ce pic secondaire potentiel sera associé aux météoroïdes libérés par la comète 109P/Swift-Tuttle lors de son périhélie de 1862. Comme nous ne pénètrerons pas très profondément dans le « dust trail », on ne sait pas trop à quelle activité s’attendre (un petit pic ou rien du tout). Le passage se fait alors qu’il fera jour, mais il y aura peut-être un peu d’activité résiduelle en début de nuit. Mais le radiant sera alors très bas sur l’horizon, et cela restera dur à détecter… Mais qui ne tente rien n’a rien !

Bonne chance à tous !

Pour ceux qui veulent avoir un peu plus de détails sur les Perséides 2015, n’hésitez pas à aller visiter l’autre page à ce sujet ici.

Août 052015
 

Vous venez d’observer un bolide et il n’apparaît pas dans la liste si dessous ? N’hésitez pas à témoigner ici !

(c) Jean Brunet

(c) Jean Brunet

(c) Christophe Demeautis

(c) Christophe Demeautis

(c) Christophe Demeautis

(c) Christophe Demeautis

(C) Tioga Gulon

(C) Tioga Gulon

(C) Marc Herrault

(C) Marc Herrault

(C) Marc Herrault

(C) Marc Herrault

(C) Christophe Demeautis

(C) Christophe Demeautis

(C) Tioga Gulon

(C) Tioga Gulon

(C) Marc Herrault

(C) Marc Herrault

Juil 152015
 

Le 17 juillet est une date qui n’évoque pas forcément grand chose dans l’esprit des astronomes amateurs… Et pourtant ! C’est la date « officielle » (fixée par l’International Meteor Organization (IMO, www.imo.net)) du début de la période d’activité des célèbres Perséides (PER) ! Ces dernières également désignées sous le nom de « larmes de Saint-Laurent » (la Saint-Laurent a lieu le 10 août, donc aux environs du maximum d’activité de la pluie de météores) ont été largement popularisées par les fameuses « Nuits des Etoiles » et le retour, au début des années 1990, par le retour au périhélie de la comète à l’origine des Perséides, 109P/Swift-Tuttle. Car en décembre 1992, cette dernière est venue rendre visite à notre étoile et donc à notre petite planète, événement qui n’a lieu que tous les 133 ans environ (le prochain est prévu en juillet 2126). Ce retour dans le voisinage du Soleil a ainsi été associé, pendant une vingtaine d’années (de 1988 à 2007), à l’apparition d’un maximum d’activité supplémentaire dont l’activité a dépassé des ZHR* de 200 entre 1991 et 1994 ! De quoi garder les curieux en éveil au cours des chaudes nuits d’été !

Depuis, la pluie météorique des Perséides est retombée à des taux d’activité plus classiques, mais cependant assez forts (au cours de son histoire récente, il semble que le ZHR, hors sursaut, ait varié de 30 à 150), puisque le ZHR lors du pic principal est d’environ 100. Ce qui classe donc les Perséides dans les trois pluies d’étoiles filantes régulières les plus actives de l’année (après les Géminides (ZHR = 120, en décembre) et les Quadrantides (ZHR entre 80 et 150, en janvier)).

L’activité des Perséides débute donc officiellement cette nuit. De toutes les pluies de météores, les Perséides font partie de celles qui ont la plus longue période d’activité : cette dernière s’étale du 17 juillet au 24 août, soit presque 40 jours (ou nuits, tout dépend du point de vue) ! Une telle période d’activité témoigne de la très grande ancienneté de cette pluie dont les premières observations remontent à l’an 36, où elle fut mentionnée dans des écrits chinois. Car elle implique une très grande dispersion des météoroïdes*** libérés du noyau cométaire de 109P/Swift-Tuttle. Dispersion qui n’est possible que si l’on imagine que les poussières rencontrées peuvent avoir été éjectées il y a plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’années avant de pénétrer dans l’atmopshère terrestre ! L’avantage de cet âge avancé des Perséides, c’est que le maximum est également très étalé dans le temps. Si pour des sursauts d’activité très intenses associés à des poussières fraichement éjectées d’une comète, le pic ne dure parfois que quelques dizaines de minutes, pour les Perséides, la nuit du maximum principal est entouré de plusieurs nuits (avant et après le pic) pendant lesquelles les ZHRs dépassent largement 50 !

Cette année, le maximum d’activité des Perséides est prévu le 13 août, entre 06h30 et 09h00 TU. Ce qui est très favorable aux observateurs européens (ou québécois) ! En effet, le radiant* des Perséides est localisé, comme son nom l’indique, dans la constellation de Persée. Et un rapide coup d’oeil à une carte du ciel confirmeront vos doutes naissants : en début de nuit, le radiant est très bas sur l’horizon… Contrairement à une idée reçue (ou plutôt, à une facilité d’observation, car il est plus facile d’observer après un barbecue sur la plage que de se réveiller à 3h du matin, même en vacances), les Perséides sont bien plus nombreuses dans le ciel en fin de nuit, puisqu’à activité égale, le nombre de Perséides réellement observé est quatre fois plus important en fin de nuit qu’en début de soirée. Les Perséides sont donc une pluie de météores de lève-tôt. Et qui devrait révéler toute leur splendeur à ceux qui seront éveillés en fin de nuit du 12 au 13 août, puisque le maximum est prévu en début de matinée, donc quelques heures seulement après que le radiant soit au zénith sous nos latitudes. Les quelques heures avant le crépuscule nautique devrait donc délivrer leur lot d’étoiles filantes… et de voeux !

Carte de position du radiant des Perséides et sa dérive sur la voûte céleste. Crédits : IMO

Carte de position du radiant des Perséides et sa dérive sur la voûte céleste. Crédits : IMO

Pour couronner le tout, cette année, un deuxième phénomène pourrait augmenter avec des proportions plus ou moins importantes l’activité des Perséides. D’après les prévisions de Jérémie Vaubaillon et de l’IMCCE/CINES, le 12 août, vers 18h39 TU, la Terre devrait passer à proximité d’un tore de météoroïdes libérés de la comète Swift-Tuttle en 1862. Ce qui pourrait faire augmenter l’activité observable des Perséides dans des proportions inconnues (cet événement peut passer complètement inaperçu, comme il peut également être faiblement ou largement perceptible). A cet horaire, il fera jour au-dessus de l’Europe, mais la nuit sera en passe de tomber. Il sera alors temps, même si les conditions d’observations ne seront pas parfaites (radiant bas sur l’horizon) de lever les yeux vers le ciel, au cas où… Dans tous les cas, même si l’activité n’augmente pas significativement, quelques jolis météores devraient régaler les observateurs !

Carte de la position théorique des météoroïdes issus de la comète 109P/Swift-Tuttle par rapport à la Terre en 2015. On voit que notre planète va passer à proximité d'une zone légèrement plus dense en particules, sans réellement la pénétrer, ce ui peut donner naissance à une augmentation d'activité le 12 août, vers 18h39 TU. Crédits : IMCCE/CINES.

Carte de la position théorique des météoroïdes issus de la comète 109P/Swift-Tuttle par rapport à la Terre en 2015. On voit que notre planète va passer à proximité d’une zone légèrement plus dense en particules, sans réellement la pénétrer, ce ui peut donner naissance à une augmentation d’activité le 12 août, vers 18h39 TU. Crédits : IMCCE/CINES.

Il reste donc quelques semaines avant que le pic d’activité ne soit observable. Cependant, les personnes les plus motivées peuvent dès à présent commencer à surveiller les Perséides ! Même si actuellement, leur nombre est très faible (le nombre observable par heure se comptera sur les doigts d’une main jusqu’à début août), c’est une expérience très intéressante pour se rendre compte de l’évolution avec le temps de l’intensité de la pluie de météores, et appréhender réellement les variations de densité du nuage de météoroïdes traversé. D’autant que la courbe n’est pas symétrique ! Si la montée en puissance des Perséides est longue et impressionnante (30 jours), la chute elle, est extrêmement rapide (10 jours) !

Si vous avez des questions à ce sujet, n’hésitez pas ! Il reste 30 jours pour y répondre avant le pic…

Bons ciels et bonnes observations à tous !

 

Lexique

* ZHR : Zenithal Hourly Rate, soit le nombre de météores issus d’une même source (ici les Perséides) qu’un observateur peut voir en une heure sous des conditions idéales : radiant au zénith et ciel noir (magnitude limite de +6.5). Le nombre de météores effectivement observé est très généralement moindre.

** Radiant : zone du ciel d’où, par effet de perspective, tous les météores issus d’une même source semblent provenir. Le nom du radiant est généralement associé au nom de la constellation dans laquelle il est localisé. Le radiant des Perséides est ainsi localisé dans la constellation de Persée, à côté du célèbre W de Cassiopée.

*** Météoroïde : petite particules métallique ou rocheuse de quelques micromètres à quelques centimètres de diamètre qui voyage dans l’espace interplanétaire. S’il est amené à pénétrer dans l’atmosphère terrestre, il donnera naissance à un phénomène lumineux : le météore. Et si son volume et sa consistance sont relativement importants, il peut en subsister des parties qui peuvent atteindre le sol : les météorites.

Juil 012015
 

Vous venez d’observer un bolide et il n’apparaît pas dans la liste si dessous ? N’hésitez pas à témoigner ici !

  • 01/07, ~20h30 TU, observé depuis l’Isère (38). Rapport IMO.
  • 01/07, ~22h20 TU, observé depuis le Puy-de-Dôme (63) et la Saône-et-Loire (71). Rapport IMO.
  • 03/07, ~21h50 TU, mag = -5, observé depuis le Nord (59) et la Belgique. Rapports IMO.
  • 03/07, ~ 21h50 TU, observé depuis les Alpes Maritimes (06), le Nord (59) et la Belgique. Rapports IMO.
  • 04/07, 19h38 TU, mag < -7, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04).
  • 07/07, ~17h15 TU, mag < -7, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04), le Vaucluse (84) et la Belgique. Rapport IMO.
  • 08/07, 22h02 TU, observé depuis le Gard (30). Rapport IMO.
  • 09/07, ~14h40 TU, observé depuis la Belgique.
  • 09/07, 00h17 TU, mag = -4 (SPO), filmé depuis le Calvados (14), le Loiret (45) et la région parisienne (77, 91).
(c) Jean Brunet

(c) Jean Brunet

(c) Jean Brunet

(c) Jean Brunet

(c) Marc Herrault

(c) Marc Herrault

Juin 292015
 

Un objet (bolide ou rentrée atmosphérique) a été observé depuis le Sud-Ouest de la France par deux témoins (rapports sur le site de l’IMO) le 24 juin 2015, vers 12 h 50 TU. L’objet a dû être très lumineux, puisqu’il a été observé en plein jour!

La caméra allsky du Pic du Midi a également enregistré une traînée résiduelle qui pourrait être associée à cet événement.

Image de la traînée résiduelle potentiellement associée au bolide du 24 juin, vers 12h50 TU, photographiéeavec la caméra allsky du Pic du Midi. (c) IMCCE.

Image de la traînée résiduelle potentiellement associée au bolide du 24 juin, vers 12h50 TU, photographiéeavec la caméra allsky du Pic du Midi. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 49 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 49 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 50 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 50 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 51 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 51 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 52 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 52 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 53 TU. (c) IMCCE.

24/06/2015, 12h 53 TU. (c) IMCCE.

Toutes les personnes ayant été témoins du phénomène sont vivment encouragée à apporter leur témoignage via le site de l’International Meteor Organization! Merci d’avance !