Mai 012017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 01/05, 23h 50min TU, filmé depuis la Charente-Maritime (17).
M20170502015029LR

Bolide du 1er mai 2017, 23h 53min TU, filmé depuis la Charente-Maritime (17) par la station UFOSciences de Jean-Christophe DORE. Crédit : Jean-Christophe DORE

  • 03/05, ~19h 30min TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13). 2 rapports IMO.
  • 03/05, ~21h 43min TU, observé depuis les Côtes-d’Armor (22) et le Finistère (29). 4 rapports IMO.
  • 07/05, 21h 56min TU, observé depuis les Pyrénées-Atlantiques (64) et filmé depuis la Charente-Maritime (17). 1 rapport IMO.
M20170507235625LR_1

Bolide du 7 mai 2017, 21h 56min TU, filmé depuis la Charente-Maritime (17) par la station UFOSciences de Jean-Christophe DORE. Crédit : Jean-Christophe DORE

  • 09/05, ~20h 41min TU, observé depuis la Haute-Savoie (74) et la Suisse. 2 rapports IMO.
  • 13/05, ~22h 25min TU, observé depuis le Lot-et-Garonne (47) et l’Italie. 2 rapports IMO.
  • 18/05, ~19h 45min TU, observé depuis la Vendée (85). 1 rapport IMO à venir.

Dernière mise à jour : 19/05/2017, 12h 55min

Avr 242017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 05/04, ~21h 45min TU, observé depuis les Alpes-Maritimes (06). Rapport IMO.
  • 06/04, ~02h 44min TU, observé depuis l’Ain (01). Rapport IMO.
  • 07/04, ~21h 40min TU, observé depuis la Mayenne (53) et la Belgique. 2 rapports IMO.
  • 07/04, ~21h 40min TU, observé depuis le Nord (59) et la Belgique. 4 rapports IMO.
  • 10/03, 23h 40min TU, observée depuis l’Isère (38) et Paris (75), filmé depuis la Seine-et-Marne (77) et par 12 stations FRIPON. 2 rapports IMO.
Image du bolide du 10/04/2017, 23h 40min TU enregistrée par la caméra FRIPON de Gretz-Armainvilliers (77). Crédit : FRIPON

Image du bolide du 10/04/2017, 23h 40min TU enregistrée par la caméra FRIPON de Gretz-Armainvilliers (77). Crédit : FRIPON

  • 11/04, ~19h 54min TU, observé depuis le Gard (30). Rapport IMO.
  • 13/04, ~20h 28min TU, observé depuis le Rhône (69). Rapport IMO.
  • 14/04, ~04h 17min TU, observé depuis le Nord (59). Rapport IMO.
  • 18/04, ~20h 30min TU, observé depuis le Rhône (69). Rapport IMO.
  • 21/04, ~21h 00min TU, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04). Rapport IMO à venir.
  • 21/04, 22h 02min TU, observé depuis l’Aude (11), filmé depuis la Charente-Maritime (17) et par 12 stations FRIPON. Rapport IMO.
  • 22/04, ~00h 15min TU, observé depuis la Gironde (33). Rapport IMO.
  • 22/04, ~19h 12min TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13). Rapport IMO.
  • 24/04, ~23h 19min TU, observé depuis le Cher (18). Rapport IMO.
  • 27/04, ~22h 30min TU, observé depuis la Marne (51), la Belgique, les pays-Bas et la Grande-Bretagne. 9 rapports IMO.
  • 29/04, ~01h 30min TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13). Rapport IMO.
  • 29/04, ~20h 45min TU, observé depuis l’Aveyron (12), l’Hérault (34), la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l’Allemagne. 6 rapports IMO.

Dernière mise à jour : 02/05/2017, 21h 47min.

Mar 052017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 02/03, ~03h 12min TU, observé depuis le Meurthe-et-Moselle (54), le Nord (59), la Belgique et les Pays-Bas. 4 rapports IMO.
  • 04/03, ~18h 40min TU, observé depuis l’Aude (11), la Haute-Garonne (31) et les Pyrénées-Orientales (66). 3 rapports IMO.
  • 10/03, ~21h 12min TU, observé depuis les Hauts-de-Seine (92). Rapport IMO.
  • 14/03, 03h 14min TU, filmé par le réseau FRIPON depuis l’Ain (01), le Doubs (25), le Bas-Rhin (67), le Haut-Rhin (68), les Vosges (88) et Territoire de Belfort (90).
Image du bolide du 14/03/2017, 03h 14min TU enregistrée par la caméra FRPON de Besançon (25). Crédit : FRIPON

Image du bolide du 14/03/2017, 03h 14min TU enregistrée par la caméra FRIPON de Besançon (25). Crédit : FRIPON

  • 14/03, 19h 48min TU, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Bouches-du-Rhône (13), la Drôme (26) et le Vaucluse (84) et filmé par le réseau FRIPON depuis l’Ain (01), les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Alpes-Maritimes (06), les Bouches-du-Rhône (13) et le Var (83). 4 rapports IMO.
Image du bolide du 14/03/2017, 19h 48min TU enregistrée par la caméra FRPON de l'Observatoire de Haute-Provence (04). Crédit : FRIPON

Image du bolide du 14/03/2017, 19h 48min TU enregistrée par la caméra FRIPON de l’Observatoire de Haute-Provence (04). Crédit : FRIPON

  • 14/03, 21h 29min TU, observé depuis la Gironde (33), le Tarn-et-Garonne (82) et filmé par le réseau FRIPON depuis la Dordogne (24), la Gironde (33), le Lot (46) et la Haute-Vienne (87). 2 rapports IMO.
Image du bolide du 14/03/2017, 21h 29min TU enregistrée par la caméra FRIPON de Talence (33). Crédit : FRIPON

Image du bolide du 14/03/2017, 21h 29min TU enregistrée par la caméra FRIPON de Talence (33). Crédit : FRIPON

  • 14/03, 23h 42min TU, observé depuis l’Aube (10), la Vendée (85), la Vienne (86), les Vosges (88) et filmé depuis la Charente-Maritime (16). 3 rapports IMO.
Le bolide du 14/03/2017, 23h 42min TU, filmé par la caméra de La Rochelle (17). Crédit : Jean-Christophe DORE.

Le bolide du 14/03/2017, 23h 42min TU, filmé par la caméra de La Rochelle (17). Crédit : Jean-Christophe DORE.

  • 15/03, 19h 31min TU, observé depuis la Loire-Atlantique (44). Rapport IMO.
  • 20/03, ~23h 57min TU, observé depuis l’Essonne (91). Rapport IMO.
  • 21/03, ~00h 20min TU, observé depuis la Moselle (57). Rapport IMO.
  • 21/03, ~23h 50min TU, observé depuis le Loir-et-Cher (41). Rapport IMO.
  • 22/03, ~00h 17min TU, observé depuis le Nord (59), le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas . 7 rapports IMO.
  • 24/03, ~23h 48min TU, observé depuis les Côtes-d’Armor (22), la Belgique, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne. 11 rapports IMO.
  • 25/03, 01h 03m TU, filmé depuis le Calvados (14) et la Grande-Bretagne.
Le bolide du 25/03/2017, 01h 03m TU, filmé depuis le Calvados (14) par la station vidéo de Stéphane Jouin. Crédits: Stéphane Jouinn, BOAM.

Le bolide du 25/03/2017, 01h 03m TU, filmé depuis le Calvados (14) par la station vidéo de Stéphane Jouin. Crédits: Stéphane Jouin, BOAM.

  • 25/03, ~20h 12min TU, observé depuis le Finistère (29) et la Grande-Bretagne. 6 rapports IMO.
  • 26/03, 01h 18min TU, filmé depuis la Charente-Maritime (17).
  • 26/03, ~19h 34min TU, observé depuis la Côte-d’Or (21) et le Val d’Oise (95). Rapport IMO.
  • 26/03, ~21h 12min TU, observé depuis l’Eure-et-Loir (28), la Haute-Garonne (31), le Pas-de-Calais (62), le Haut-Rhin (68), la Haute-Savoie (74), les Vosges (88), l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Belgique et les Pays-Bas. 18 rapports IMO.
  • 26/03, 23h 26min TU, observé depuis la Côte-d’Or (21) et filmé depuis l’Allier (03), l’Aveyron (12), la Charente-Maritime (17), la Corrèze (19), la Creuse (23), la Dordogne (24), l’Isère (38), le Jura (39), le Lot (46), le Puy-de-Dôme (63), le Rhône (69) et la Haute-Vienne (87). Rapport IMO.
  • 27/03, ~20h 27min TU, observé depuis l’Ain (01), l’Eure (27), l’Ille-et-Vilaine (35), l’Indre (36), le Jura (39), le Maine-et-Loire (49), le Morbihan (56), l’Orne (61), Paris (75), la Seine-Maritime (76), les Yvelines (78) et la Belgique. 14 rapports IMO.
  • 28/03, 23h 26min TU, filmé depuis le Calvados (14), la Charente-Maritime (17) et le Maine-et-Loire (49).
  • 28/03, 23h 59min TU, filmé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Alpes-Maritimes (06), l’Aveyron (12), les Bouches-du-Rhône (13), la Drôme (26), l’Hérault (34), l’Isère (38), les Pyrénées-Orientales (66), le Var (83) et l’Italie.
  • 29/03, 00h 18min TU, filmé depuis l’Allier (03), l’Aube (10), le Doubs (25), le Jura (39), le Loiret (45), la Nièvre (58), le Puy-de-Dôme (63), le Rhône (69) et l’Yonne (89).
  • 29/03, ~00h 17min TU, observé depuis Paris (75). Rapport IMO.
  • 29/03, ~01h 00min TU, observé depuis les Yvelines (78). Rapport IMO.
  • 29/03, 01h 15min TU, filmé depuis la Charente-Maritime (17).
  • 29/03, ~21h 00min TU, observé depuis l’Ille-et-Vilaine (35).
  • 30/03, 01h 48min TU, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04) et filmé depuis les Bouches-du-Rhône (13). Rapport IMO.

Dernière mise à jour : 02/04/2017, 13h 43min.

Fév 032017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 01/02, ~05h 32min TU, observé depuis la Drôme (26).
  • 03/02, ~19h 20min TU, observé depuis l’Ain (01). Rapport IMO.
  • 04/02, ~00h 20min TU, observé depuis le Bas-Rhin (67). Rapport IMO.
  • 04/02, ~04h 23min TU, observé depuis le Pas-de-Calais (62). Rapport IMO.
  • 04/02, ~05h 15min TU, observé depuis la Gironde (33). Rapport IMO.
  • 04/02, 18h 14min TU, observé depuis l’Ain (01), l’Allier (03), les Alpes-Maritimes (06), la Drôme (26), l’Isère (38), le Jura (39), la Loire (42), le Rhône (69), la Haute-Savoie (74) et la Suisse. 23 rapports IMO.
Images du bolide du 4 février 2017, 18h 14min TU, enregistré par 7 stations vidéo du réseau de caméras de FRIPON. Crédit : FRIPON, IMCCE, MNHN

Images du bolide du 4 février 2017, 18h 14min TU, enregistré par 7 stations vidéo du réseau de caméras de FRIPON. Crédit : FRIPON, IMCCE, MNHN

  • 05/02, ~00h 08min TU, observé depuis l’Isère (38) et la Suisse. 2 rapports IMO.
  • 05/02, ~00h 42min TU, observé depuis l’Eure (27), la Moselle (57) et la Grande-Bretagne. 4 rapports IMO.
  • 06/02, 05h 03min TU (SPO, mag. -5), filmé depuis l’Indre-et-Loire (BOAM, 37).
  • 06/02, ~17h 33min TU, observé depuis la Savoie (73). Rapport IMO.
  • 09/02, ~19h 08min TU, observé depuis l’Hérault (34). Rapport IMO.
  • 09/02, ~20h 29min TU, observé depuis le Finistère (29), la Gironde (33), le Morbihan (56) et l’Essonne (91). 4 rapports IMO.
  • 11/02, ~22h 37min TU, observé depuis le Finistère (29) et les Pyrénées-Atlantiques (64). 2 rapports IMO.
  • 15/02, ~00h 30min TU, observé depuis le Morbihan (56). Rapport IMO.
  • 17/02, ~21h 20min TU, observé depuis le Val-d’Oise (95) et l’Italie. 3 rapports IMO.
  • 17/02, 23h 02min TU, observé depuis l’Aveyron (12), la Corrèze (19) et filmé depuis la Charente-Maritime (17). Rapport IMO. Article Sud-Ouest.
Le bolide du 17/02/2017, 23h 02min TU, filmé par les caméras de Rochefort et La Rochelle (17). Crédit : Jean-Christophe DORE.

Le bolide du 17/02/2017, 23h 02min TU, filmé par les caméras de Rochefort et La Rochelle (17). Crédit : Jean-Christophe DORE.

Images du bolide du 17/02/2017, 23h 02min TU enregistrées par les caméras de Talence (33) et Coulounieix (19) du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

Images du bolide du 17/02/2017, 23h 02min TU enregistrées par les caméras de Coulounieix (19) et de Talence (33) du réseau FRIPON. Crédit : FRIPON

  • 19/02, ~01h 08min TU, observé depuis la Seine-Maritime (76), les Yvelines (78) et la Grande-Bretagne. 3 rapports IMO.
  • 19/02, ~02h 35min TU, observé depuis le Doubs (25). Rapport IMO.
  • 19/02, ~23h 30min TU, observé depuis la Drôme (26) et la Loire (42). 2 rapports IMO.
  • 20/02, ~05h 40min TU, observé depuis la Savoie (73). Rapport IMO.
  • 22/02, ~18h 50min TU, observé depuis l’Ardèche (07). Rapport IMO.
  • 24/02, 03h 01min TU, observé depuis le Finistère (29). Rapport IMO.
Echo radio du bolide du 24/02/2017, 03h 01min TU enregistré par Jacques Molné. Crédit: Jacques Molné.

Écho radio (en bas à gauche de l’image) du bolide du 24/02/2017, 03h 01min TU enregistré par Jacques Molné. Crédit: Jacques Molné.

  • 24/02, ~03h 10min TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13). Rapport IMO.
  • 24/02, ~06h 20min TU, observé depuis la Loire-Atlantique (44) et le Morbihan (56). 2 rapports IMO.
  • 24/02, ~20h 50min TU, observé depuis l’Eure-et-Loire (28). Rapport IMO.
  • 24/02, ~22h 30min TU, observé depuis le Finistère (29).
  • 24/02, ~23h 06min TU, observé depuis l’Eure-et-Loire (28), l’Ille-et-Vilaine (35) et le Rhône (69). 3 rapports IMO.
  • 27/02, ~05h 00min TU, observé depuis le Puy-de-Dôme (63). Rapport IMO.
  • 28/02, ~18h 38min TU, observé depuis la Nièvre (58) et les Pays-Bas. 2 rapports IMO.

Dernière mise à jour : 05/03/2017, 15h 09min.

Jan 042017
 

Vous venez d’observer un bolide ? N’hésitez pas à témoigner (même s’il n’apparaît pas dans la liste) : c’est rapide, ludique, et ça ne demande aucune compétence en astronomie !

  • 02/01, ~21h 42min TU, observé depuis le Seine-Maritime (76). Rapport IMO.
  • 03/01, ~03h 28min TU, observé depuis le Nord (59). Rapport IMO.
  • 03/01, ~05h 00min TU, observé depuis le Var (83). Rapport IMO.
  • 04/01, ~17h 29min TU, observé depuis les Alpes-Maritimes (06). Rapport IMO.
  • 05/01, ~06h 10min TU, observé depuis la Drôme (26). Rapport IMO.
  • 05/01, 20h 37min TU (SPO, mag. -4), filmé depuis l’Allier (03, BOAM).
Le bolide du 05/01/2016, filmé depuis l'Allier (03) par la station vidéo OAK1 de Tioga Gulon. Crédits: Tioga Gulon, BOAM.

Le bolide du 05/01/2016, 20h 37min TU, filmé depuis l’Allier (03) par la station vidéo OAK1 de Tioga Gulon. Crédits: Tioga Gulon, BOAM.

  • 05/01, ~20h 41min TU, observé depuis la Côte-d’Or (21). Rapport IMO.
  • 05/01, ~22h 50min TU, observé depuis la Seine-Maritime (76). Rapport IMO.
  • 05/01, ~23h 25min TU, observé depuis l’Isère (38) et le Rhône (69). Rapport IMO.
  • 06/01, 06h 16min TU (QUA, mag. -5), filmé depuis l’Indre-et-Loire (38, BOAM).
  • 06/01, ~22h 30min TU, observé depuis le Rhône (69). Rapport IMO.
  • 07/01, ~02h 00min TU, observé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04). Rapport IMO.
  • 13/01, ~17h 04min TU, observé depuis l’Ain (01) et l’Isère (38). Rapports IMO.
  • 13/01, ~20h 00min TU, observé depuis l’Ille-et-Vilaine (35). Rapport IMO.
  • 14/01, ~17h 00min TU, observé depuis le Bas-Rhin (67) et le Val-de-Marne (94). Rapports IMO.
  • 17/01, ~19h 28min TU, observé depuis les Yvelines (78). Rapport IMO à venir.
  • 18/01, 00h 37min TU (COM, mag. -4), filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (54, BOAM).
  • 18/01, 00h 55min TU (SPO, mag. -4), filmé depuis l’Indre-et-Loire (38, BOAM).
  • 18/01, ~06h 33min TU, observé depuis Paris (75). Rapport IMO.
  • 18/01, ~16h 15min TU, observé depuis la Réunion (974). Rapport IMO.
  • 18/01, ~20h 39min TU, observé depuis les Deux-Sèvres (79). Rapport IMO.
  • 18/01, 21h 18min TU (SPO, mag. -4), filmé depuis l’Allier (03, BOAM) et l’Indre-et-Loire (38, BOAM).
  • 18/01, ~23h 40min TU, observé depuis l’Eure (27). Rapport IMO.
  • 19/01, 03h 45min TU (COM, mag. -5), filmé depuis l’Allier (03, BOAM), l’Indre-et-Loire (38, BOAM) et la Meurthe-et-Moselle (54, BOAM).
  • 19/01, ~19h 30min TU, observé depuis le Calvados (14), la Charente (16), la Charente-Maritime (17), l’Eure (27), le Finistère (29), l’Ille-et-Vilaine (35), la Manche (50), la Seine-et-Marne (77), la Vendée (85) et la Grande-Bretagne. Rapports IMO.
  • 20/01, 20h 04min TU, observé depuis le Loiret (45), le Nord (59), l’Oise (60), le Pas-de-Calais (62), Paris (75), la Seine-Maritime (76), la Seine-et-Marne (77), les Yvelines (78), les Hauts-de-Seine (92) et la Belgique. Filmé depuis Paris (75, FRIPON), la Seine-Maritime (76, FRIPON), la Seine-et-Marne (77), l’Essonne (91, FRIPON) et la Belgique. Rapports IMO.
Le bolide du 20/01/2016, 20h 04min TU, filmé depuis les Pays-Bas par les caméras du réseau CAMS BeNeLux. Crédits: Geert Vandenbulcke, CAMS BeNeLux.

Le bolide du 20/01/2016, 20h 04min TU, filmé depuis la Belgique par Geert Vandenbulcke. Crédits: Geert Vandenbulcke

  • 20/01, ~22h 30min TU, observé depuis les Hauts-de-Seine (92) et le Val-de-Marne (94). Rapports IMO.
  • 21/01, 21h 31min TU (SPO, mag. -4), filmé depuis l’Indre-et-Loire (38, BOAM).
  • 22/01, ~00h 25min TU, observé depuis la  Gironde (33). Rapport IMO.
  • 22/01, ~07h 44min TU, observé depuis les Côtes-d’Armor (56). Rapport IMO à venir.
  • 23/01, ~07h 00min TU, observé depuis le Finistère (29). Rapport IMO.
  • 23/01, ~23h 20min TU, observé depuis la Martinique (972), Trinidad et Tobago et Barbagos. Rapports IMO.
  • 24/01, ~20h 01min TU, observé depuis l’Ain (01) et le Val-de-Marne (94). Rapports IMO.
  • 24/01, ~22h 03min TU, observé depuis la Vendée (85). Rapport IMO.
  • 24/01, ~22h 58min TU, observé depuis la Loire-Atlantique (44). Rapport IMO.
  • 25/01, ~18h 50min TU, observé depuis le Finistère (29). Rapport IMO.
  • 26/01, 04h 52min TU (SPO, mag. -4), filmé depuis l’Indre-et-Loire (38, BOAM).
  • 27/01, ~17h 45min TU, observé depuis les Vosges (88). Rapport IMO.
  • 28/01, ~19h 07min TU, observé depuis Paris (75). Rapport IMO.
  • 28/01, ~22h 10min TU, observé depuis le Finistère (29). Rapports IMO.
  • 29/01, 17h 36min TU (SPO, mag. -3), observé depuis l’Ain (01), l’Ardèche (07), la Meurthe-et-Moselle (54),le Haut-Rhin (68), la Saône-et-Loire (71), la Suisse et filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (54, BOAM). Rapports IMO.
Le bolide du 29/01/2017, filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (54) par la station vidéo OAK1 de Tioga Gulon. Crédits: Tioga Gulon, BOAM.

Le bolide du 29/01/2017, filmé depuis la Meurthe-et-Moselle (54) par la station vidéo LITIK2 de Tioga Gulon. Crédits: Tioga Gulon, BOAM.

  • 30/01, ~05h 32min TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13) et le Var (83). Rapports IMO.
  • 31/01, ~19h 30min TU, observé depuis l’Ille-et-Vilaine (35). Rapport IMO.

Dernière mise à jour : 05/02/2017, 01h 34min.

Août 152016
 
Bolide du 12 août 2016, 19h59 TU, enregistré par Marc Herrault avec sa station vidéo depuis Chaligny (Meurthe-et-Moselle). Crédit : Marc Herrault.

Un bolide très brillant a été observé (et entendu !!) dans la soirée du 12 août 2016, à 21h59 (heure locale), soit 19h59 TU, depuis un large quart Nord-Est de la France (*), ainsi que depuis les Pays-Bas, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et la Suisse (d’où il a été également filmé).

Bolide du 12 août 2016, 19h59 TU, enregistré par Marc Herrault avec sa station vidéo depuis Chaligny (Meurthe-et-Moselle). Crédit : Marc Herrault.

Bolide du 12 août 2016, 19h59 TU, enregistré par Marc Herrault avec sa station vidéo depuis Chaligny (Meurthe-et-Moselle). Crédit : Marc Herrault.

Les premières analyse rapides indiquent que le météore n’était pas membre de la célèbre pluie d’étoiles filantes des Perséides (dont le maximum d’activité avait lieu le même jour : lire ici), mais qu’il s’agissait d’un météore sporadique (un météoroïde voyageant seul dans l’espace interplanétaire, et ne faisant pas partie d’un courant connu). Sa magnitude aurait été inférieure à -8, et le météoroïde aurait survolé le département de la Moselle en direction du Nord-Est. Des analyses de trajectoire plus fines, à partir des témoignages et des enregistrements vidéo sont en cours.

Plus de 40 témoins ont déjà rapporté leur observation via le formulaire en ligne (rapide, facile, et ne nécessitant aucune connaissance approfondie en astronomie) de l’IMO/AMS : si jamais vous avez également observé ce bolide, n’hésitez donc pas à le remplir ! Merci d’avance !

Carte de localisation des témoins du bolide du 12 août 2016, 19h59 TU, d'après les recueils d'observation de l'IMO (le 16/08/2016, à 01h30). Crédit : IMO

Carte de localisation des témoins du bolide du 12 août 2016, 19h59 TU, d’après les recueils d’observation de l’IMO (le 16/08/2016, à 01h30). Crédit : IMO

Autres liens sur ce sujet :

(*) le Doubs (25), la Haute-Loire (43), la Marne (51), la Moselle (57), le Nord (59), l’Oise (60), le Pas-de-Calais (62), le Puy-de-Dôme (63), le Bas-Rhin (67), le Rhône (69), la Haute-Saône (70), la Saône-et-Loire (71), Paris (75), la Seine-Maritime (76), la Seine-et-Marne (77), les Yvelines (78), les Vosges (88), l’Yonne (89), les Territoires-de-Belfort (90) et le Val-d’Oise (95)

Dernière mise à jour : 18/08/2016, 15h45

Juil 212016
 

Peut-on encore imaginer passer quelques nuits dehors au milieu du mois d’août sans imaginer lever les yeux vers le ciel pour observer pendant ce qu’il est communément appelé « les nuits des étoiles filantes » ?

Même si cette idée qui consiste à croire qu’on ne peut observer des météores (synonyme d’étoile filante) qu’au mois d’août reste tenace, il est cependant vrai que les Perséides (qui sont la source de la pluart des météores observés aux alentours du 12 août) peuvent parfois être impressionnantes, comme lors du dernier passage de la comète à l’origine de la pluie météorique, 109P/Swift-Tuttle, au début des années 1990 (les ZHR ont alors régulièrement frôlé, voire dépassé les 250). Depuis cette période, les Perséides ont continué d’être actives, avec des ZHR* (Zenithal Hourly Rates) d’environ 60 à 120 en fonction des années, avec quelques poussées exceptionnelles à 160 (en 2004), voire 180 (comme en 2009).

La pluie météorique des Perséides est en effet associée aux poussières libérées par le noyau de la comète 109P/Swift-Tuttle. poussières qui sont libérées lorsque, suffisamment proche du Soleil (ce qu’elle fait tous les 130 ans environ), les glaces à la surface du noyau se subliment (passent directement de l’état solide à l’état gazeux), entraînant avec elles les particules rocheuses qu’elles contiennent. Comme l’orbite de la comète passe reativement près de celle de notre planète, tous les étés, entre le 17 juillet et le 24 août, notre planète traverse le nuage de météoroïdes (c’est ainsi qu’on appelle ces particules rocheuses) laissé par la comète sur son sillage depuis des milliers d’années. Lorsque l’un de ces météoroïdes a une trajectoire qui l’amène a rencontrer la Terre, il pénètre alors dans l’atmosphère à un vitesse relative de 59 km/s, et toute personne observant le ciel à ce moment là verra apparaître une traînée lumineuse : un météore (ou étoile filante).

Nous commençons donc à traverser ce nuage dès la mi-juillet. ensuite, au fur et à mesure que le temps avance, la densité de particules augmente, car notre planète s’enfonce de plus en plus profondément dans le nuage. Et le nombre de météores observés augmente en conséquence. Le maximum est atteint lorsque nous arivons au coeur du nuage, ce qui arrive tous les ans, aux alentours du 11-12 août, ce qui donne naissance au maximum dit « classique », dont le ZHR déjà évoqué oscille entre 60 et 120. En 2016, ce maximum « classique » est prévu le 12 août, entre 13h et 15h30 TU. Donc… en plein jour pour l’Europee. Cependant, les nuits précédant et suivant le maximum ne doivent pas être négligées ! Car le maximum peut être décalé par rapport aux prévisions, et surtout, l’activité est tout de même forte plusieurs dizaines d’heures avant et après le pic d’activité !

La première veine de météoroïdes rencontrée a été libérée en 1479. Elle ne devrait pas être très dense, mais probablement composée de météoroïdes assez massifs, à la source de météores relativement lumineux. La Terre devrait pénétrer au plus profond de ce tore le 12/08/2016, vers 23h29m TU. Crédit : IMCCE/CINES.

La première veine de météoroïdes rencontrée a été libérée en 1479. Elle ne devrait pas être très dense, mais probablement composée de météoroïdes assez massifs, à la source de météores relativement lumineux. La Terre devrait pénétrer au plus profond de ce tore le 12/08/2016, vers 23h29m TU. Crédit : IMCCE/CINES.

1862-Noeuds-Earth2016

La seconde veine de météoroïdes rencontrée a été libérée en 1862. Elle ne devrait pas être très dense, et composée de météoroïdes moins massifs que la précédente, à la source de météores plus faibles. La Terre devrait pénétrer au plus profond de ce tore le 12/08/2016, vers 23h30m TU. Crédit : IMCCE/CINES.

1079-Noeuds-Earth2016

La troisième veine de météoroïdes rencontrée a été libérée en 1079. Elle devrait être la plus dense, et donc à la source du sursaut d’activité le plus intense. La Terre devrait pénétrer au plus profond de ce tore le 12/08/2016, vers 04h56m TU. Crédit : IMCCE/CINES.

Qui plus est, cette année pourrait être une année « exceptionnelle », au même titre que 2004 et 2009. En effet, quelques heures avant le maximum principal, la Terre devrait croiser des zones encore plus denses en météoroïdes, associés très précisément au passages au périhélie** de la comète 109P/Swift-tuttle en 1079, 1479 et 1862. Tout devrait ainsi commence dès le 11 août 2016, vers 23h TU (1h du matin, le 12/08, heure locale française). Car nous devrions pénétrer au plus profond des tores libérés par la comète en 1479 et 1862 le 11/08, vers 23h30 TU. Ce qui pourrait engendrer un pic d’activité assez intense, mais dont l’amplitude est encore sujette à discussions. Ces premiers pics pourront donc largement être observés depuis l’Europe, puisque l’horaire est bien plus favorable ! Ils seront suivi, 5h 30m plus tard, par un potentiel deuxième pic secondaire associé au passage au plus profond du tore de particules libérées en 1079, le 12/08, vers 5h TU, donc au moment où le Soleil se lèvera. Ce qui ne sera pas une raison pour ne pas tenter de voir la montée en puissance de ce potentiel deuxième pic d’activité. Et les observateurs radio n’ont aucune excuse pour le manquer…

Position du radiant des Perséides (PER) et son déplacement avec le temps. Crédit : International Meteor Organisation (imo.net)

Position du radiant des Perséides (PER) et son déplacement avec le temps. Crédit : International Meteor Organisation (imo.net)

Quelques petits rappels : le radiant*** des Perséides est, comme son nom l’indique, localisé dans la constellation de Persée, entre cette dernière et Cassiopée. Il est donc très bas sur l’horizon en début de nuit. Mieux vaut donc privilégier les observatiosn en seconde moitié de nuit, sauf dans la nuit du 11 au 12 août, pour laquelle les premiers pics d’activité pourraient se dérouler en milieu de nuit, vers 23h TU. A noter également que la Lune sera, pour les observateurs en visuel, une gêne considérable, car elle sera gibbeuse pendant la période du maximum. Essayez donc de minimiser son impact, en la masquant physiquement avec un obstacle, bâtiment ou relief. Et plus vos cieux seront transparents, moins les effets délétères du phare sélène seront multipliés ! Par contre, tout voile brumeux, ou tout aérosol ne fera qu’amplifier le voile lumineux.

 

*ZHR : nombre de météores théorique qu’un individu peut voir en une heure, dans des conditions parfaites (ciel noir, et radiant au zénith). Le nombre de emétéores réellement observé sera moindre que le ZHR.

**périhélie: passage au plus du Soleil d’un astre, lors de sa révolution autour de notre étoile. C’est lors du passage au périhélie des comètes que les poussières sont libérées en quantité par ces dernières, sous la sublimation de la glace qui les compose.

***radiant : point virtuel de la voûte céleste d’où semblent provenir, par un effet de perspective, tous les météores issus d’une même source.

 

Dernière mise à jour : 22/07/2016, 00h25

Juil 212016
 

Le mois de juillet marque généralement le retour d’une activité météorique forte, et qui va perdurer jusqu’à la fin de l’année.

La fin du mois est notamment marquée par le début d’activité des célèbres Perséides, mais également par celle de multiples pluies dont les radiants sont localisés das les constellations du Verseau, du Capricorne et du Poisson Austral. Pendant longtemps, l’International Meteor Organisation (IMO) comptabilisait pas moins de 6 sources actives dans cette région du ciel de mi-juillet à mi-août. Désormais, même si une telle réduction est une simplification à l’extrême de la situation, l’IMO considère qu’il y a 3 sources majeures qui se distinguent par une activité détectable par rapport aux autres sources, moins intenses.

La plus active d’entre elle est la pluie des delta-Aquarides Sud (SDA) (seule rescapée du lot de 4 pluies : delta-Aquarides Nord et Sud, ainsi que iota-Aquarides Nord et Sud référencée par l’IMO il y a quelques années), active du 12 juillet au 23 août, avec une activité conséquente, puisque le ZHR (Zenithal Hourly Rate) atteint 16 lors de son maximum, prévu aux environs du 30/07 ! De maximas secondaires d’intensité équivalente peuvent cependant être observés autour de cette date, du 26 au 31 juillet. Il est également à noter que les dernières observations radio semblent montrer que la pluie météorique des delta-Aquarides Sud a une forte signature radio (elles sont plus discrètes en visuel).

Positions des radiants des pluies météoriques des alpha-Capricornides (CAP), delta-Aquarides Sud (SDA), Pisces Austrinides (PAU) et de la source antihéliaque (ANT). Crédit : International Meteor Organization (imo.net).

Positions des radiants des pluies météoriques des alpha-Capricornides (CAP), delta-Aquarides Sud (SDA), Pisces Austrinides (PAU) et de la source antihéliaque (ANT). Crédit : International Meteor Organization (imo.net).

Un peu plus haut dans le ciel, mais un peu moins intense en activité (ZHR maximum d’environ 5), la pluie météorique des alpha-Capricornides (CAP) est elle active du 3 juillet au 15 août, avec un maximum prévu à la même date que les delta-Aquarides sud, soit le 30 juillet. Même si les radiants de ces deux sources ne sont pas très éloignés l’un de l’autre sur la voûte céleste, il est intéressant de noter que la vitesse d’entrée atmsophérique des météoroïdes qui les composent sont très différentes. les alpha-Capricornides sont très lentes (V = 23 km/s), tandis que la vitesse d’netrée des météoroïdes composant les météores des delta-Aquarides Sud ont une vitesse quasi double (V = 41 km/s). Ce qui peut être un bon moyen de les distinguer en cas de doute. Les apha-Capricornides semblent avoir été légèrement plus actives en 1984 et 1995 (ZHR ~ 10). Mais rien d’exceptionnel n’a été observé depuis, même si les bolides très lents qui peuvent provenir de cette source sont toujours très spectaculaires et photogéniques.

Enfin, peut-être aurez-vous la chance d’observer quelques météores issus d’une source bien plus basse sur l’horizon. La déclinaison du radiant des Pisces Austrinides n’est en effet que de -30°, et ne monte donc guère au-dessus de l’horizon Sud, même lors de son passage au méridien. Il peut cependant être la source de quelques météores, notamment autour de son maximum d’activité, autour du 28/07, lorsque son ZHR atteint généralement 5. Cependant, très peu de données ont été enregsitrées concernant cette source, et il est possible que son activité soit légèrement surestimée.

Voilà donc de quoi occuper vos nuits en attendant l’arrivée des célèbres Perséides ! Ces dernières sont même déjà observables dès maintenant, mais à des taux bien moindres que ceux qui nous attendent aux alentours du 12 août…

Dernière mise à jour : 21/07/2016, 23h40

Juin 012016
 
(c) Dominique ANDRE

Vous venez d’observer un bolide et il n’apparaît pas dans la liste si dessous ? N’hésitez pas à témoigner ici !

  • 04/06, ~20h15 TU, observé depuis le Calvados (14).
  • 04/06, ~22h30 TU, observé depuis le Bas-Rhin (67). Rapport IMO.
  • 06/06, ~05h25 TU, observé depuis la Gironde (33). Rapport IMO.
  • 09/06, ~02h39 TU, observé depuis la Charente (16). Rapport IMO.
  • 11/06, ~02h34 TU, observé depuis les Alpes-Maritimes (06). Rapport IMO.
  • 12/06, ~20h30 TU, observé depuis les Bouches-du-Rhône (13). Rapport IMO.
  • 21/06, 21h45 TU, filmé depuis les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Alpes-Maritimes (06), l’Aude (11), les Bouches-du-Rhône (13), les Pyrénées-Orientales (66) et le Var (83) par les caméras du réseau FRIPON.
  • 21/06, 23h08 TU, observé depuis le Var (83) et filmé depuis l’Aude (FRIPON, 11) et le Var (FRIPON, 83).
  • 22/06, ~00h37 TU, observé depuis le Pas-de-Calais (62) et le Bas-Rhin (67). Rapports IMO.
  • 22/06, 01h14 TU, observé depuis la Savoie (73), et enregistré par 18 stations FRIPON. Rapport IMO à venir. Voir article MeteorNews.
  • 22/06, ~03h20 TU, observé depuis l’Aveyron (12). Rapport IMO.
  • 22/06, ~22h26 TU, observé depuis la Bas-Rhin (67), l’Allemagne et les Pays-Bas. Rapports IMO.
  • 23/06, ~02h49 TU, observé depuis la Drôme (26). Rapport IMO.
  • 23/06, ~21h35 TU, observé depuis le Doubs (25). Rapport IMO.
  • 24/06, 02h51 TU, observé depuis l’Ain (01), la Corrèze (19), la Côte-d’Or (21), l’Isère (38), la Meurthe-et-Moselle (54), la Moselle (57), le Bas-Rhin (67), le Rhône (69), la Saône-et-Loire (71), la Seine-et-Marne (77), les Vosges (88), la Suisse et l’Allemagne, filmé depuis La Meurthe-et-Moselle (BOAM 1 et 2, 54) et. Rapports IMO.
(C) Tioga GULON

(c) Tioga GULON

  • 24/06, 16h30 TU, observé depuis la Gironde (33). Rapport IMO à venir.
  • 25/06, 21h40 TU, observé depuis Paris (75), filmé depuis les Hauts-de-Seine (92). Rapport IMO.
(c) Dominique ANDRE

(c) Dominique ANDRE

  • 26/06, ~21h40 TU, observé depuis la Loire-Atlantique (44). Rapport IMO.
  • 28/06, 21h06 TU, observé depuis Paris (75), les Yvelines (78), le Val-de-Marne (94) et filmé depuis le Calvados (BOAM, 14) et l’Aisne (BOAM, 02). Rapport IMO.
(c) Jean BRUNET

(c) Jean BRUNET

  • 30/06, ~03h45 TU, observé depuis la Gard (30). Rapport IMO.

Dernière mise à jour : 19/07/2016, 00h00.

Fév 252016
 
Photo du bolide du 25/02/2016 prise par Yveline Blanchard depuis Marly. Crédit : Le Républicain Lorrain.

Un bolide a été observé en plein jour aujourd’hui (25/02/2016), vers 11h32 (heure locale française, soit 10h32 TU). Si vous l’avez observé, et quel que soit votre niveau d’observation en astronomie, n’hésitez pas à remplir le vôtre ici ! Nous sommes également activement à la recherche de vidéos en tout genre pouvant avoir éventuellement avoir enregistré le bolide : si vous avez accès à une webcam enregistrant en continu ou à des enregistrements de vidéos de surveillance, nous sommes preneurs ! Merci d’avance !

Les rapports (plus de 330) ont afflué depuis de nombreux départements de la région parisienne et de l’Est de la France : l’Aube (10), le Calvados (14), le Cher (18), la Côte-d’Or (21), l’Eure (27), l’Eure-et-Loir (28), le Loir-et-Cher (41), le Loiret (45), la Haute-Marne (52), la Meurthe-et-Moselle (54), la Meuse (55), la Moselle (57), le Nord (59), l’Oise (60),  l’Orne (61), le Pas-de-Calais (62), le Bas-Rhin (67), le Haut-Rhin (68), Paris (75), la Seine-Maritime (76), la Seine-et-Marne (77), les Yvelines (78), la Somme (80), les Vosges (88), l’Yonne (89), l’Essonne (91), les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93), le Val-de-Marne (94), le Val-d’Oise (95) et également par nos voisins belges, luxembourgeois et allemands. Une carte (réalisée à partir de l’application de l’IMO/AMS) avec les observations est disponible sur le site de l’International Meteor Organisation (IMO) : http://fireballs.imo.net/imo_view/event/2016/732

Carte de densité de localisation des témoins du bolide du 25/02/2016, 10h32 TU (Crédit IMO, le 28/02/2016, 08h00, tenant en compte 304 témoins)

Carte de localisation des témoins du bolide du 25/02/2016, 10h32 TU (Crédit IMO, le 28/02/2016, 08h00, tenant en compte 304 témoins)

Carte satellite de la couverture nuageuse à 10h30 TU, donc proche de l'heure d'apparition du bolide, qui explique la localisation géographique des témoins (région parisienne, Lorraine et, en moindre proportions le Centre et la Normandie). (Carte issue du site sat24.com)

Carte satellite de la couverture nuageuse à 10h30 TU, donc proche de l’heure d’apparition du bolide, qui explique la localisation géographique des témoins (région parisienne, Lorraine et, en moindre proportions le Centre et la Normandie). (Carte issue du site sat24.com)

La plupart des témoins décrivent un météore très lumineux qui est apparu pendant environ 2 secondes, et qui était très coloré (vert, orange, rouge). Il a été photographié depuis Marly (à proximité de Metz). Il a laissé dans son sillage une traînée de condensation qui est restée visible plusieurs dizaines de secondes, en se déformant sous l’effet des vents d’altitude (dont 2 photos nous sont parvenues). Plusieurs témoins (une vingtaine) rapportent même avoir entendu un bruit, voire ressenti une secousse quelques minutes après leur observation. Un heureux observateur a même observé le bolide depuis un avion !

Photo du bolide du 25/02/2016 prise par Yveline Blanchard depuis Marly. Crédit : Le Républicain Lorrain.

Photo du bolide du 25/02/2016 prise par Yveline Blanchard depuis Marly. Crédit : Le Républicain Lorrain.

 

La traînée persistante du bolide du 25/02/2016 photographiée depuis Villers-les-Nancy par Pierre Haydont, quelques dizaines de secondes après l'apparition de l'objet. la traînée est alors peu contrastée sur le fond du ciel (le traitement a été appliqué par Tioga Gulon et Vincent Perlerin pour tenter de lui donner plus de contraste sur le fond de ciel) et déformée par les vents d'altitude.

La traînée persistante du bolide du 25/02/2016 photographiée depuis Villers-les-Nancy par Pierre Haydont, quelques dizaines de secondes après l’apparition de l’objet. la traînée est alors peu contrastée sur le fond du ciel (le traitement a été appliqué par Tioga Gulon et Vincent Perlerin pour tenter de lui donner plus de contraste sur le fond de ciel) et déformée par les vents d’altitude.

D’après les résultats préliminaires, le bolide semble avoir débuté sa trajectoire lumineuse au-dessus de Villers-en-Argonne et s’est dirigé vers le Nord-Nord-Est (Az. ~ 330°) pour disparaître à proximité de Cernay-en-Dormois.

COPIE-2016-(02)-25---Trace-de-bolide-a COPIE-2016-(02)-25---Trace-de-bolide-a

Projection de la trajectoire du bolide sur la surface terrestre. Le point vert et le point rouge indiquent le début et la fin de la trajectoire lumineuse du bolide du 25/02/2015, 10h32 TU (Crédit: AMS, le 28/02/2016, 08h30).

Projection de la trajectoire du bolide sur la surface terrestre. Le point vert et le point rouge indiquent le début et la fin de la trajectoire lumineuse du bolide du 25/02/2015, 10h32 TU (Crédit: AMS, le 28/02/2016, 08h30).

Trajectoire en 3D du bolide dans l’atmosphère terrestre. Le point vert et le point rouge indiquent le début et la fin de la trajectoire lumineuse du bolide du 25/02/2015, 10h32 TU (Crédit: AMS, le 28/02/2016, 08h30).

Le bolide a été enregistré en radio depuis l’Italie par Enrico Stomeo, par la station du planétarium de Venise (lat. = 45.417° N ; lon. = 12.376° E). D’après cet enregsitrement, le bolide serait apparu à 10h 32′ 55″ TU, et la traînée ionisée persistante associée a été enregistrée pendant 9.2 secondes.

Echo radio du bolide du 25/02/2016, à 10h 32′ 55″ TU, enregsitré par la station du planétarium de Venise (Crédit : Enrico Stomeo).

Le bolide vu par la presse :

Crédit : Le Bien Public, daté du 28/02/2016.

Crédit : Le Bien Public, daté du 28/02/2016.

 

Communiqué de presse de l’International Meteor Organization (www.imo.net) à ce sujet :

« Ce matin, jeudi 25 février 2016 aux alentours de 10h30, un bolide a survolé une partie de l’Est de la France – entre Reims et Nancy.

Jusqu’à maintenant, 25 rapports d’observation ont été reçus par l’IMO (International Meteor Organization). Ces rapports d’observation proviennent non seulement de l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine mais aussi de l’île de France, du Centre, de la Bourgogne et de la Wallonie en Belgique et d’Allemagne.
Frédéric R. témoigne dans son rapport d’observation : « Je regardais par le fenêtre de mon bureau alors que j’étais en train de téléphoner et j’ai très clairement vu ce phénomène lumineux : une boule de feu avec une queue lumineuse. Ce qui m’a frappé c’est que cela semblait très proche du sol. Ce phénomène s’est comme éteint avant de toucher le sol. »

Tous les rapports d’observation ainsi qu’une carte montrant la localisation des témoins est disponible à l’adresse suivante: http://fireballs.imo.net/imo_view/event/2016/732Une première estimation de la trajectoire du phénomène, obtenue à partir des rapports d’observation des témoins oculaires, indique que le bolide a traversé le ciel français du Sud-Ouest vers le Nord-Est.

Les bolides sont des phénomènes très brillants qui surviennent lors qu’un météoroïde (un débris d’astéroïde ou de noyau de comète) pénètre à très grande vitesse (plusieurs dizaines de km/s) dans l’atmosphère terrestre. Ce sont des étoiles filantes, également appelées « météores », plus lumineuses que la moyenne. Si les étoiles filantes sont pour la plupart causées par des débris de l’ordre du millimètre, les bolides sont causés par des débris de dimensions plus imposantes (plusieurs centimètre ou dizaines de centimètres pour les plus lumineux).

La grande majorité des météoroïdes se subliment totalement durant leur traversée de l’atmosphère terrestre. Il arrive cependant, pour les météoroïdes les plus massifs, que des morceaux survivent et soient retrouvés sur le sol : ce sont les météorites. Lorsqu’un tel phénomène survient, il est primordial d’obtenir des témoignages du phénomène pour déterminer sa trajectoire exacte. C’est ce qui est arrivé il y a quelque semaines en Floride où des météorites ont été retrouvées grâce aux rapports obtenus de l’IMO (et de l’American Meteor Society – membre de l’IMO): http://fireballs.imo.net/imo_view/event/2016/266 – L’histoire de la découverte des météorites est détaillée (en anglais) ici :http://www.mikesastrophotos.com/comets/osceola-meteorite-recovery/

L’IMO et toutes les organisations partenaires reçoivent des milliers de rapports d’observation chaque année. Cela a été rendu possible par la mise au point d’un formulaire interactif spécialement conçus pour obtenir des informations scientifiquement exploitables de novices en astronomie ayant simplement eu la chance d’être les témoins d’un bolide. Ce formulaire est disponible en plus de 28 langues à l’adresse suivante : http://fireballs.imo.net/

Le site de l’IMO contient beaucoup d’informations sur les météores et les évènements similaires, ainsi que des conseils pour les observer :http://www.imo.net/. L’association française REFORME (REseau Français d’ObseRvation de MEtéores : http://www.reforme-meteor.net/) est également membre de l’IMO. »

 

Dernière mise à jour : 02/03/2016, 09h30